Rafael Nadal
Rafael Nadal, N.1 mondial | AFP - BEN STANSALL

Nadal bat Wawrinka et finit N.1

Publié le , modifié le

Rafael Nadal s’est définitivement assuré de la première place mondiale en fin de saison (pour la troisième fois après 2008 et 2010) grâce à sa victoire aujourd’hui sur Stanislas Wawrinka (7-6(5), 7-6(6) en 2h13), un joueur contre qui il n’a jamais perdu (12 succès à 0). Sa 73e victoire de l'année (pour seulement 6 défaites) Le mano a mano avec Novak Djokovic s’est donc bien terminé pour l’Espagnol, avant de repartir de plus belle en 2014.

Mardi, Rafael Nadal  avait conforté ses chances de conserver son rang de numéro un mondial en battant son compatriote David Ferrer pour son entrée en lice dans le Masters. Mais Novak Djokovic, qui pouvait encore contester à l'Espagnol son rang de N.1, avait lui aussi réussi ses débuts en dominant Roger Federer 6-4 6-7 6-2 dans l'autre groupe.

Il reprend son bien à Djokovic

Nadal connaissait parfaitement les données du problème avant son match face à Wawrinka. Il savait qu’il était assuré de boucler la saison en tête du classement mondial de l'ATP s'il remportait encore un match à Londres ou si Djokovic ne signait pas un sans-faute - cinq victoires - en Angleterre. "Il y a douze mois, j'étais chez moi et je ne pouvais même pas m'entraîner.  Je cherchais des solutions pour mon genou et je ne voyais pas plus loin que le  jour d'après. Imaginer terminer 2013 au sommet était alors inenvisageable", a  résumé l'Espagnol.

Et comme le Majorquin ne souhaitait pas subir une énorme pression au moment d’affronter Tomas Berdych vendredi, il a donc décidé de faire le job le mieux et le plus vite possible, sans compter sur une éventuelle défaillance de son rival serbe qui perd donc son sceptre après deux ans de règne (2011 et 2012). "J'ai dit avant le tournoi que ce n'était pas vraiment un objectif. Mais  après tous les titres que j'ai gagnés cette saison, et après tout ce que j'ai  traversé l'année dernière, j'estime que je la mérite cette place", a affirmé le Taureau de Manacor après la rencontre.

Juste derrière Lendl et McEnroe

Nadal s’installe lui une troisième fois sur le trône après ses grandes années 2008 et 2010 (il avait été blessé assez longtemps en 2009). Il double ainsi des joueurs comme Bjorn Borg (1979-80), Stefan Edberg (1990-91), Lleyton Hewitt (2001-02) ou donc Novak Djokovic qui peut espérer améliorer son total. Il n’est plus devancé que par John McEnroe et Ivan Lendl (4 fois 1er à l’ATP en fin d’année), Jimmy Connors et Roger Federer (5 fois) et le recordman Pete Sampras (6 fois entre 1993 et 1998).

Il devient surtout le premier joueur de l’histoire à terminer trois saisons au sommet non consécutivement (entrecoupées de places de numéro 2 voire 3 ou 4, en 2009, 2011 et 2012). Ivan Lendl avait réussi a reprendre la couronne une fois (en 1989, après l’intérim Wilander) et Roger Federer idem (en 2009, après et avant Nadal).

Un combat contre Wawrinka

Dans son duel avec Stan Wawrinka, Rafael Nadal a dû s’employer pour repousser les assauts du Lausannois, très à l’aise sur la surface londonienne. Nadal a réalisé le premier break du match à 2-2 en profitant de quatre fautes directes de Wawrinka, trop irrégulier pour rivaliser. Mais l’Espagnol a ensuite manqué une balle de 5-2, et il a dû cravacher pour garder son avantage (deux balles de 4-4 sauvées) au jeu suivant. Pour finalement concéder le break à 5-4, au plus mauvais moment. Les deux hommes se sont départagés au jeu décisif. Un tie break où le Suisse a eu sa chance mais où il a manqué de réussite pour enlever son premier set contre Nadal. Le Taureau de Manacor réussissait finalement à s’en sortir (7-5).

Nadal fatigué mais heureux

Wawrinka n’abdiquait pas. Dès l’entame de la seconde manche, il se procurait deux balles de break à 1-1 mais Nadal les annihilait avant de s’emparer de l’engagement adverse (3-1). Le 8e joueur mondial bénéficiait d’une nouvelle occasion de break au jeu suivant mais il vendangeait en envoyant une mine de coup droit hors du court. Deux points plus tard, Nadal s’échappait au score (4-1).

Mais son adversaire ne mollissait pas et il recollait à la marque (4-4). Nadal serrait le jeu pour mener 5 jeux à 4. Il tentait de mettre la pression sur le service du Suisse mais ce dernier parvenait à égaliser (5-5). A 6-5 pour lui, le Majorquin espérait que Wawrinka craque, mais peine perdue. L’Helvète s’en sortait pour arracher un nouveau tie break.

Nadal plus fort mentalement

Dans celui-ci, Rafael Nadal se détachait (3-0) en profitant de quelques erreurs adverses. Mais Wawrinka résistait et revenait à 3-4, deux services de Nadal à suivre. Il égalisait à 4-4 en lâchant des parpaings en coup droit, et poussait Nadal à la faute pour mener 5-4 puis 6-5, balle de set. Nadal la sauvait au filet (6-6). Le numéro 1 mondial s’offrait ensuite une balle de match. Wawrinka ratait un coup droit faisable (sa 45e faute directe de la partie), donnant le match à son rival qui avait eu le grand mérite de ne rien lâcher même quand son rival était chaud bouillant (8-6).

"Je suis bien énervé, j'ai eu tellement d'occasions  dans ce match (...) Aujourd'hui, j'avais l'impression d'être à son niveau. J'ai joué le  tennis qu'il fallait, mais j'ai fait des erreurs aux moments importants, se lamentait le Suisse. C'est  pourquoi il est si bon, il arrive toujours à trouver un chemin." Nadal pouvait lui laissait éclater de joie. Outre sa qualification pour les demi-finales du Masters, il a surtout récupéré le fauteuil de numéro 1 en fin d’année sur lequel il inscrit sa signature pour la troisième fois, série en cours. Chapeau.

Vidéos: Nadal décr​oche sa qualification contre Wawrinka

Voir la video