Andy Murray
Andy Murray | LIONEL BONAVENTURE / AFP

Murray un cran au dessus de Mathieu

Publié le , modifié le

Tête de série numéro 3 mais favori du tournoi en l'absence de Federer et du fait de l'élimination surprise de Djokovic, Andy Murray a disposé de Paul-Henri Mathieu en deux sets serrés (7-5, 6-3) ce mercredi au POPB. Sans se montrer époustouflant, le Britannique a mieux négocié les points importants tandis que PHM a gâché quelques opportunités notamment dans la première manche. Murray rencontrera jeudi le qualifié polonais Jerzy Janowicz.

Le premier set du match entre Paul-Henri Mathieu et Andy Murray s’apparenta à un vrai bras de fer. Jusqu’à 5 partout, les deux hommes se répondirent coup sur coup. Puis l’Ecossais fit un break blanc. Au jeu suivant, il se retrouvait mené 15-40 après quelques fautes. Mais PHM manqua un retour facile et le Britannique concluait sans souci (7-5) en 51 minutes. Murray avait tout simplement mieux négocié les points cruciaux (1/1 pour sa balle de break contre 0/3 à Mathieu).

PHM pas si loin

Murray attaquait la seconde manche bille en tête en s’emparant de la mise en jeu adverse sur un passing de revers pile sur la ligne. Le coup était rude pour « Paulo » qui ne déméritait pas mais restait un cran en dessous du numéro 3 mondial, très régulier et précis dans l’échange (2-0 puis 4-1 double break). Mathieu refaisait une partie de son retard mais ce n’était pas suffisant pour déborder le protégé d’Ivan Lendl, serein et vigilant à défaut d’être brillant (7-5, 6-3 en une heure et demie avec une double faute de Mathieu sur la balle de match).

La différence se reflète d’ailleurs dans les statistiques de la rencontre : 24 coups gagnants à 15 au total, 4 balles de break exploitées sur 5 (contre 1/5), 12 aces à 2 et 82% de points gagnés sur sa mise en jeu (contre 64%). Et comme les deux hommes ont fait le même nombre de fautes (31 à 32), tout s’explique…

"Il nous fait forcer"

"Je pense que physiquement je ne suis pas encore au niveau", a confié Paul-Henri Mathieu à l’issue du match. "C'est surtout physiquement où ça fait la différence. On connaît ses qualités de défense. C'est difficile de faire un point gagnant. Il nous fait forcer. On a l'impression qu'il part toujours du bon côté. Il sert beaucoup mieux qu'avant, cela n'a rien à voir et c'est ce qui a fait aujourd'hui la différence sur la fin du premier set et sur les points importants".