Gilles Simon
Gilles Simon | AFP - ALBERTO PIZZOLI

Murray trop fort pour Simon à Cincinnati

Publié le , modifié le

Gilles Simon, tête de série N.10, a été éliminé en quart de finale du tournoi Masters 1000 de Cincinnati par l'Ecossais Andy Murray (N.4) 6-3, 6-3. Murray rencontrera vendredi en 1/2 finale l'Américain Mardy Fish (N.7) qui a fait craquer l'Espagnol (N.7) en deux sets 6-3, 6-4. Défaite également pour Federer (N.3) qui a été dominé par le Tchèque Tomas Berdych (N.8) 6-2, 7-6 (7/3). Novak Djokovic (N.1) a battu Gaël Monfils (N.6) 3-6, 6-4, 6-3 en soirée.

Monfils rate l'exploit

Novak Djokovic (SRB/N.1) bat Gaël Monfils (FRA/N.6) 3-6, 6-4, 6-3. +Djoko+ n'a pas été loin du KO, qui aurait marqué sa première défaite sur dur cette saison (32 v) et sa deuxième de la saison toutes surfaces confondues. "Tu as fait un grand match, un beau combat", a dit le N.1 mondial à Monfils en lui serrant la main au filet. "C'est frustrant de ne pas avoir saisir sa chance contre un +Djoko+ diminué. C'était un bon match mais je l'ai perdu... J'avais mon brelan mais il avait un full!", a confié +la Monf+, empruntant au vocabulaire du poker. Le N.1 Français, qui menait 1 set à 0 et 4-4, a été à deux jeux de faire vaciller de son trône l'indéboulonnable Serbe. Mais c'est là qu'il a flanché, fatigué par un début de match presque parfait où il avait bien su bousculer un Djokovic moins fringuant qu'à l'accoutumée (15 fautes directes au premier set).

"Je me suis mis à être moins agressif et Novak a commencé à être plus dans le match. Au premier set il a eu des hauts et des bas. Il était bizarre, se plaignait de l'épaule. Il ratait des points alors qu'à Montréal (en quart la semaine dernière), il ne ratait rien", a dit Monfils, plus frustré que déçu. "Je fais une double faute à 4-4 qui me fait ch... (et qui permet au Serbe de servir pour le set), a raconté le Parisien avec son habituel langage fleuri. J'ai hésité entre assurer et prendre des risques et j'ai été trop gourmand". Ambitieux, le Français a démontrer un talent certain à la volée, dont une que Djokovic a applaudie. Il a varié le jeu, alternant coups gagnants du fond et montées très inspirées, avec un service de grand standing au premier set. Ce tempo d'enfer lui a permis d'empocher la manche d'ouverture grâce à un break au premier jeu, suivi d'un jeu de service blanc. Il avait donné le ton. Mais le Serbe, résilient au possible, a laissé passer l'orage et a redressé la tête dès que l'occasion s'est présentée, quand Monfils s'est montré moins précis et moins percutant en milieu de deuxième set alors qu'il venait pourtant de débreaker pour revenir à 3-3 au cours d'un jeu de plus de 13 minutes.

"J'ai commencé à mieux jouer quand j'en ai eu besoin, a dit Djokovic, qui a beaucoup extériorisé ses émotions pour faire basculer un public indécis. La victoire est encore plus belle au bout d'un match comme celui-là". Monfils était à la dérive en début de troisième set après un premier jeu catastrophique (deux doubles fautes et deux amorties +cadeau+). "Comme je suis un peu malade, j'avais le nez bloqué et j'étais en apnée. En plus, j'étais frustré par le scénario du deuxième set. J'attendais que ça passe". Alors qu'il semblait ne plus rien avoir dans la raquette, il s'est harangué tout haut en créole. "Je répétais ce que mon père me disait petit quand il s'énervait contre moi sur le court. Je m'en voulais d'être moins lucide et je voulais m'empêcher de baisser les bras". Les effets de cette tactique "d'auto-motivation" ont été limités et Djokovic l'a achevé en lui prenant une 4e fois son service. Avec ses deux quarts de finale à Montréal et à Cincinnati, le Français espère sauver la tête de série N.8 à l'US Open. "Car si c'est pour être tête de série N.9 et avoir Djokovic en 8e de finale, non merci", a-t-il rigolé.

Simon toujours gêné...

Le Français a été largement dominé et a connu beaucoup de problèmes à tenir son service dans un match surtout basé sur de longs échanges de fond de court. Murray, auteur de 29 fautes directes et assez peu performant sur sa mise en jeu (64% de premiers services), n'était pourtant pas dans un grand jour. Simon a lâché prise assez rapidement, après avoir manqué deux balles de débreak à 4-3 pour Murray, dont une sur une faute directe de coup droit. L'Ecossais a ensuite pris le set sur service adverse. Malgré son jeu ponctué d'erreurs grossières, Murray a pris les commandes du deuxième set en faisant le break pour mener 4-1 et a tranquillement fini. Simon n'a plus gagné contre Murray depuis quatre ans et il ne lui a pris qu'un seul set sur leurs sept derniers matches.

"C'est un score mérité, a réagi le Niçois. Mais je pensais que ça serait plus dur que ça. Andy n'était pas à un niveau extraordinaire." Le 12e mondial a enchaîné trois succès, contre l'Autrichien Jurgen Melzer, le Serbe Janko Tipsarevic et Ferrer, malgré des douleurs au dos qui se sont  réveillées lundi dans l'Ohio lors d'un match en double avec Gaël Monfils. "Au niveau du résultat, c'est bien, a dit Simon. Mais ça ne l'est pas au  niveau du plaisir. J'ai besoin de sentir que je peux attaquer, même juste sur quelques points, or, je ne peux pas le faire. Il n'y a rien de plaisant à dire:  "j'ai gagné car l'adversaire a fait 70 fautes directes" (comme Ferrer).

"En ce moment, il me manque de pouvoir frapper fort un coup à plat dans  l'échange, a-t-il ajouté. Je ne peux même pas faire un passing de coup droit!  Je cours, je reste derrière et je joue à +deux à l'heure+. A un moment donné  (du tournoi), ça ne suffit plus. Cela aurait d'ailleurs dû ne pas suffire  depuis longtemps, mais j'ai eu la chance de tomber sur des joueurs qui étaient très concentrés sur eux et qui n'ont rien remarqué."

Nadal n'avait plus d'essence

La veille, lors du 3e tour, Nadal avait été poussé dans ses retranchements par son compatriote Fernando Verdasco, qu'il avait battu après trois jeux décisifs joués sur plus de 3 heures 30 minutes dans la chaleur de l'Ohio. Il avait ensuite joué -et perdu- en double avec son ami et compatriote Marc Lopez. Ces matches ont visiblement laissé des traces et Nadal, guère favorisé par un programme qui l'a obligé à jouer dès 13h00 locales après une journée  épuisante, n'a pas été en mesure de dominer l'un des joueurs en forme de l'été, vainqueur à Atlanta en juillet puis finaliste à Los Angeles et à Montréal.

L'Américain de 29 ans affiche, en effet, un bilan de 13 victoires en 15 matches depuis Wimbledon. Fish était déjà finaliste dans l'Ohio la saison  passée, battu par Djokovic. Il est le seul joueur à ne pas avoir perdu un jeu de service dans un  tournoi qui est le dernier rendez-vous majeur avant l'US Open. Nadal, qui était N.1 mondial avant l'avènement après Wimbledon de Novak  Djokovic, avait été éliminé au 1er tour à Montréal la semaine dernière et ne semble pas dans les meilleures dispositions avant d'entamer la défense de son titre à l'US Open, à partir du 29 août. Il joue notamment avec des gros bandages sur deux doigts de la main droite après s'être brûlé en touchant un plat chaud dans un restaurant de Cincinnati.

Federer chute encore face à Berdych

Face à un joueur qui avait été sa bête noire la saison passée (élimination  en quart de finale à Miami et à Wimbledon pour un succès en quart à Montréal), Federer n'a été que l'ombre de lui-même face à Berdych, commettant 29 fautes directes, servant moyennent (64% de premiers services) et ne se procurant aucune balle de break. Après un mauvais début de match, l'ascendant semblait être revenu au Suisse  en deuxième manche quand il a tenu son service à 5-5 au cours d'un jeu de 20  points dans lequel il a servi la bagatelle de 5 aces et commis 2 doubles  fautes. Federer sauvait deux balles de break. Mais alors que le Tchèque commençait à montrer de sérieux signes de fatigue  et venait de faire entrer le soigneur pour se faire manipuler l'épaule droite, le Suisse s'est sabordé avec un tie break de très piètre qualité.

Quatre fautes directes de coups droit sur son service, dont un avec le court grand ouvert, ont ainsi précipité sa chute. Federer n'avait jamais perdu contre un joueur du Top 10 à Cincinnati, où il  s'est imposé à quatre reprises (record avec Mats Wilander). Le Bâlois de 30 ans va arriver à l'US Open, à partir du 29 août, sur un été nord-américain décevant, lui qui a été éliminé au 3e tour à Montréal.

Résultats des 1/4 de finale:
Andy Murray (GBR/N.4) bat Gilles Simon (FRA/N.10) 6-3, 6-3
Mardy Fish (USA/N.7) bat Rafael Nadal (ESP/N.2) 6-3, 6-4
Tomas Berdych (CZE/N.8) bat Roger Federer (SUI/N.3) 6-2, 7-6 (7/3)
Novak Djokovic (SRB/N.1) bat Gaël Monfils (FRA/N.6) 3-6, 6-4, 6-3

Gilles Gaillard