Andy Murray
Andy Murray | ADRIAN DENNIS / AFP

Murray reverdit et s'offre un record en gagnant au Queen's

Publié le , modifié le

Andy Murray a remporté le tournoi du Queen's en battant en finale Milos Raonic en trois manches serrées, 6-7(5-7), 6-4, 6-3. L'Ecossais enlève son 5e titre dans le prestigieux cadre londonnien, record absolu devant John McEnroe, Boris Becker, Andy Roddick et Lleyton Hewitt (4 succès chacun).

Le N.2 mondial, lauréat de son 37e trophée en carrière, scelle ainsi avec succès les retrouvailles avec son glorieux entraîneur Ivan Lendl. Il avait renoué avant le tournoi avec l'Américain d'origine tchèque de 56 ans, huit fois titré en Grand Chelem, dans le but de reconquérir Wimbledon (27 juin-10 juillet) et briser la domination sans partage de Novak Djokovic. Le Britannique avait remporté son unique titre dans le Temple du tennis en disposant du Serbe en finale de l'édition 2013. 

Murray renversant​

Le géant canadien d'1,96 m avait décidé de donner un nouvel élan à sa carrière à 25 ans en s'attachant lui aussi les services d'une ancienne légende du circuit, qui fut l'un des grands rivaux de Lendl dans les années 1980. Les conseils avisés de "Big Mac", lauréat de sept titres majeurs, dont trois à Wimbledon (1981, 1983, 1984), ont fonctionné pendant un set et demi contre Murray.
Après avoir remporté la première manche - sur sa première balle de set - grâce à son service et sa présence au filet, Raonic a pris pour la première fois le service de Murray, avant de creuser l'écart sur sa mise en jeu (3-0). 

Mais les meilleurs joueurs ont cette capacité de renverser les rencontres, même les moins bien engagées. Raonic l'a constaté à ses dépens avec Murray qui passait la vitesse supérieure en se montrant plus tranchant sur le service adverse. C'est sur un retour gagnant que l'Ecossais débreakait (3-2) avant d'aligner trois autres jeux (5-3). Après l'égalisation à un set partout, il redoublait d'agressivité et Raonic perdait illico un jeu de service (1-0). L'Ecossais se montrait intraitable sur sa mise en jeu, avant de breaker une dernière fois Raonic (6-3), poussé à la faute sur une dernière volée.

AFP