Jo-Wilfried Tsonga
Novak Djokovic | AFP - PIERRE-PHILIPPE MARCOU

Murray et Tsonga ratent le quart

Publié le , modifié le

Jo-Wilfried Tsonga s'est incliné en 1/8e de finale du tournoi de Rome contre le Suédois Robin Soderling (7-6, 7-5), tout comme Andy Murray battu sans gloire par le Brésilien Bellucci. Les cadors, eux, sont toujours là. Le choc tant attendu entre Rafael Nadal et Juan Martin Del Potro n'a pas eu lieu, l'Argentin, blessé à la hanche, devant déclarer forfait. Novak Djokovic et Roger Federer poursuivent également leur route ainsi que, plus surprenant, Michaël Llodra !

Roland Garros pointe déjà à l'horizon et, déjà, les forces en présence se dessinent nettement à Madrid. Si le trio de tête est toujours le même (Nadal, Djokovic, Federer), bien difficile de trouver un quatrième as à ce brelan. Jo-Wilfried Tsonga et Andy Murray ne peuvent pas encore prétendre à cet honneur. Le premier a chèrement vendu sa peau face à Robin Söderling mais il a fini par s'incliner face à la puissance du Suédois. Tsonga peut pourtant se féliciter d'avoir joué sans doute l'un des meilleurs matches de sa carrière sur terre battue, contre le double finaliste de Roland-Garros, un joueur qu'il n'a donc désormais toujours pas battu en cinq tentatives. Le N.4 français a rendu coup pour coup au Suédois. Dans la première manche, il a ainsi effacé six balles de set, dont une d'un fantastique passing de coup droit dans le tie-break. Mais il a fini par céder, juste après avoir lourdement chuté en se bloquant le pied dans une glissade mal maîtrisée.

Dans le deuxième set, Tsonga s'est même fait plus offensif et a réussi à se procurer trois balles de set, contre aucune dans la première manche. Mais Söderling n'a jamais plié et a au contraire profité d'un mauvais jeu du Français à 5-5 pour arracher sa qualification pour les quarts. Le Suédois avait commencé la saison en boulet de canon, avec trois titres à Brisbane, Rotterdam et Marseille. Mais sa progression avait été entravée par plusieurs pépins physiques. Avant ce match contre Tsonga, il n'avait ainsi gagné que quatre matches en cinq tournois.

Andy Murray cherche aussi la bonne carburation. Il a surtout confirmé son irrégularité chronique en étant éliminé jeudi en 8e de finale du tournoi de Madrid par l'anonyme Brésilien Thomaz Bellucci, 36e joueur mondial, en deux sets 6-4, 6-2. On pensait le Britannique, N.4 mondial, à l'abri d'une telle déconvenue et destiné à une demi-finale avec Novak Djokovic. Il devra attendre une prochaine occasion pour cela. Murray a été rattrapé par ses démons. Après sa finale à l'Open d'Australie fin janvier, il avait fallu attendre deux mois et demi avant de le voir gagner son premier set, à Monte-Carlo. Mais une fois lancé, sur la terre battue monégasque, il n'avait été arrêté que par Rafael Nadal en demi-finale.

Nadal sans combattre, Djokovic sans forcer

Dommage. Voilà ce qu'ont dû se dire les organisateurs du tournoi de Madrid à l'annonce du forfait de Juan Martin Del Potro. Les spectateurs, et plus généralement tous les amateurs de tennis, en ont pensé de même. Car l'affiche opposant l'Argentin, de retour sur le chemin de la grande forme, et Rafael Nadal constituait bel et bien le sommet de cette journée à Madrid. Il n'aura donc pas lieu, Del Potro souffrant trop de la hanche pour défendre ses chances. Et ce n'est certainement pas une blessure diplomatique, le Sud-Américain ayant été contraint de déclarer également forfait pour le tournoi de Rome. L'Argentin a expliqué s'être blessé à la hanche lors du tournoi d'Estoril, qu'il a remporté dimanche. "Ça a commencé à Estoril, entre la demi-finale et la finale", a-t-il indiqué. "C'est de pire en pire en pire chaque jour. Je ne me sens pas bien du tout aujourd'hui." "Ca aurait été un match sympa, mais je ne suis pas capable de jouer", a-t-il repris. "J'ai l'expérience des blessures. Ma santé est ma priorité. Espérons que je serai prêt pour Nice et Roland-Garros."

Si Nadal est passé sans jouer, Novak Djokovic a expédié en à peine 51 minutes,  un chiffre remarquable sur terre battue, son 8e de finale face à l'Espagnol Guillermo Garcia-Lopez (6-1, 6-2). Avec ce succès, le N.2 mondial a donc porté à 29 matches sa série  d'invincibilité cette année. Il égale ainsi le nombre de victoires consécutives  enregistrées en 1986 par Ivan Lendl (29). Personne n'avait fait aussi bien  depuis. Le record est détenu par John McEnroe avec 42 succès de rang en 1984,  devant Bjorn Borg (33 victoires de suite en 1980). Garcia-Lopez, N.29 mondial et pourtant honnête spécialiste de la terre, a  été écrasé. L'Espagnol n'est parvenu à marquer que deux points sur le service  du Serbe (2 sur 34, soit 6% de réussite), ce qui en dit long sur la qualité de  la mise en jeu de Djokovic. Le Serbe, qui a remporté cinq tournois depuis le début de la saison (Open  d'Australie, Dubaï, Indian Wells, Miami, Belgrade), a pris à deux reprises le  service adverse. Cela lui a suffi pour atteindre les quarts de finale, où il devrait  théoriquement affronter l'Espagnol David Ferrer, tête de série N.6.

Troisième larron en lice, Roger Federer à lui aussi atteint le cap des quarts de finale. En grande difficulté la veille face à Feliciano Lopez (7-6, 6-7, 7-6), le Suisse a connu une mise en route difficile face à Xavier Malisse avant de se détacher progressivement et de l'emporter (6-4-6-2). Surtout, Federer s'est rassuré avant d'affronter le futur vainqueur du match Tsonga-Söderling... "Mentalement j'étais bien, c'est juste physiquement, il n'y avait pas beaucoup de temps entre les deux matches", a expliqué Federer. "Il fallait juste être prêt à affronter un différent type de jeu. Mentalement, il a fallu s'adapter un peu, donc je n'attendais pas trop de ce match. Je voulais juste réussir une bonne performance, ce qui a été le cas."

En fin de soirée, Michaël LLodra a créé la sensation et vengé Tsonga. Après sa difficile victoire au tie-break du troisième set sur le qualifié espagnol Daniel Gimeno-Traver. Pourtant estampillé spécialiste des surfaces ultra-rapides, Llodra s'est imposé jeudi 1-6 6-0 7-6 sur son adversaire, davantage réputé pour ses performances sur terre battue. Pour une place dans le dernier carré, le Parisien rencontrera le numéro un mondial Rafael Nadal. Avec rien à perdre et tout à gagner !

Déclarations :

Novak Djokovic : "Ma confiance est évidemment au plus haut. C'est maintenant une part importante de mon jeu. Mais je prends les matches les uns après les autres, je me concentre sur mon prochain adversaire. (Sur le fait d'avoir égalé Ivan lendl pour le nombre de matches où ils sont restés invaincus) Je suis vraiment flatté d'avoir le même nombre de matches sans défaite qu'une telle légende du tennis. Mais ce n'est pas quelque chose auquel je pense. Je veux continuer à gagner, c'est tout ce qui compte. Aujourd'hui, j'ai remporté mes jeux de service très facilement. C'est une grosse satisfaction, un fait très encourageant. En particulier sur terre battue, où vous ne vous attendez pas à avoir autant de points gratuits. C'est important pour moi de voir que j'ai su hausser mon niveau de performance aujourd'hui, avant mon quart de finale."

Julien Lamotte