Andy Murray - Toronto 2010
Andy Murray a montré un niveau de jeu exceptionnel à Toronto | AFP - MATTHEW STOCKMAN

Murray et Nadal KO !

Publié le , modifié le

Vainqueur du tournoi de Toronto la semaine dernière après avoir sorti Nalbandian, Nadal et Federer, Andy Murray (N.4) a été éliminé en quarts de finale du tournoi de Cincinnati. La surprise n'est pas totale puisque c'est l'Américain Mardy Fish qui l'a dominé 6-7 (7/9), 6-1, 7-6 (7/5), un joueur qui l'a battu déjà deux fois cette saison en autant d'affrontements. Fish jouera Andy Roddick (N.9), tombeur de Novak Djokovic (N.2) 6-4, 7-5.

Dans l'autre partie du tableau, l'exploit est venu de Marcos Baghdatis, tombeur de Rafel Nadal 6-4, 4-6, 6-4. Le Chypriote prive le tournoi d'une demi-finale entre le N.1 mondial et un Roger Federer retrouvé contre Davydenko (6-4, 7-5).

Murray fatigué

Andy Murray était tout simplement en train de devenir la terreur du circuit. Demi-finaliste à Wimbledon, finaliste à Los Angeles, vainqueur à Toronto, le Britannique affichait un beau palmarès lors de ses dernières sorties. Surtout qu'au Canada, il avait fait chuter, successivement et sans perdre un set, David Nalbandian, Rafael Nadal et Roger Federer, après avoir écarté Gaël Monfils. Mais à Cincinnati, la tête de série N.4 est tombé sur un os, dénommé Fish. Avec son 36e rang mondial, l'Américain ne fait pourtant pas partie des terreurs de l'ATP Tour. Mais pour Murray, il commence à devenir sa bête noire. A Miami et au Queen's, les deux hommes s'étaient croisés pour une victoire à chaque fois du plus âgé des deux. Pour le troisième affrontement de l'année, la série s'est donc poursuivie. Avec son gros service (15 aces contre 8), Fish n' pas concédé le moindre break durant un match qui a flirté avec les 3h de jeu, sauvant les quatre seules occasions. Et sur une surface aussi rapide, ne pas perdre son engagement, c'est déjà s'approcher de la victoire. 

En outre, les batailles passées ont beaucoup pesé. L'Ecossais a semblé très marqué physiquement par les efforts consentis à Toronto la semaine passée et lors de ses deux premiers tours à Cincinnati, où il avait été poussé en trois sets par le Français Jérémy Chardy et le Letton Ernests Gulbis, passant près de 5 heures sous le soleil de plomb de l'Ohio. Cette bataille a été celle de trop pour le soldat Murray, complètement épuisé dans le deuxième set (6-1) et confiant au docteur qu'il avait mal à la tête. Bardé de sacs de glace à chaque changement de côté, Il a mieux tenu le choc au troisième set, en partie grâce aux fautes directes (47 au total) que Fish a eu tendance à faire aux moments importants. Ce fut d'ailleurs le cas dans le tie break (du premier set), que Fish donna presque à un Murray pourtant guère transcendant (à l'image de sa double faute à 5-5 pour donner une balle de set à Fish avec service à suivre). Après 2h57 de match, le 4e joueur du monde s'incline 6-7 (7/9), 6-1, 7-6 (7/5), permettant à son adversaire de laisser exploser son bonheur devant un public acquis à sa cause. Après avoir marqué cinq des six derniers points du deuxième jeu décisif de la rencontre.

Il affrontera au prochain tour Andy Roddick, qui redonne un peu de couleur au tennis américain. Sans représentant dans le Top10 pour la première fois depuis de longues années, l'approche de l'US Open semble avoir réveillé les Américains. A moins que cette demi-finale 100% US ne soit qu'un feu de paille. Mais pour atteindre le dernier carré, l'ancien N.1 mondial a dû se défaire de Novak Djokovic. Derrière son énorme service, il n'a eu besoin que d'un break pour s'emparer du 1er set (6-4). Et la deuxième manche lui semblait promise, en même temps que le match, grâce à un nouveau break conquis en début de set. Mais à 5-4, alors qu'il servait pour terminer le travail, Roddick laissait le Serbe revenir dans la partie en égalisant (5-5). Une simple péripétie puisqu'un jeu blanc lui redonnait l'avantage (6-5), qu'il ne laissait pas filer sur son engagement après 1h23 de match.

Baghdatis heureux comme un gamin

Les six premières tentatives s'étaient soldées par un échec. Mais Julien Benneteau avait montré la voie jeudi en faisant vaciller le grand Nadal. Dans la nuit, Marcos Baghdatis a donc saisi sa chance pour faire tomber le N.1 mondial. C'est une première pour le Chypriote et un véritable exploit car Nadal restait sur neuf présences consécutives dans le dernier carré d'un Masters 1000. 151e à l'ATP il y a un an, Baghdatis a mis une année à revenir pleinement dans le circuit. "Je suis heureux sur le court en ce moment", a-t-il réagi. Vainqueur à Washington au début du mois, Baghdatis a su profiter des fautes de Nadal (41 fautes directes dont 22 en coup droit) pour appuyer là où ça fait mal. Avec un très bon service, le rêve est devenu réalité. "J'ai super bien servi, ça a été la clé du match", a jugé le Chypriote, qui  a parfaitement utilisé sa mise en jeu (18 aces, 87% de points gagnés sur premier  service, six balles de break sur huit repoussées).

"Je savais que Rafa ne me donnerait pas le match, qu'il fallait que j'aille  le chercher", a ajouté le Chypriote. Toujours sans sponsors, il joue avec le  drapeau de son pays cousu sur ses vêtements. Pour Nadal, ce revers fait tâche à dix jours du début de l'US Open. "Je dois m'améliorer si je vais avoir une chance dans une semaine ou deux à  l'US Open, a constaté Nadal, lucide. Il faut que j'améliore ma confiance en mon  revers et mon service. J'ai certes fait trop de fautes directes en coup droit  mais ce n'est pas le coup droit mon problème, c'est plus le revers. Je suis content pour Marcos, a-t-il ajouté. C'est quelqu'un de bien. Il a eu des blessures mais il revient bien." Très bien même !

Résultats des quarts de finale

Mardy Fish (USA) bat Andy Murray (GBR/N.4) 6-7 (7/9), 6-1, 7-6 (7/5)
Andy Roddick (USA/N.9) bat Nobvak Djokovic (SER/N.2) 6-4, 7-5
Roger Federer (SUI/N.3) bat Nikolay Davydenko (RUS/N.6), 6-4, 7-5
Marcos Baghdatis (CYP) bat Rafael Nadal (ESP/N.1) 6-4, 4-6, 6-4.