Andy Murray
Andy Murray | AFP - KARIM SAHIB

Murray emmure Djokovic, Federer respire

Publié le , modifié le

Andy Murray a réussi l'exploit d'éliminer le n°1 mondial Novak Djokovic en demi-finale du tournoi de Dubaï (6-2, 7-5) et confirme qu'il est bien le joueur le plus dangereux pour le Serbe, battu pour la première fois de la saison. L'Ecossais affrontera pour le titre Roger Federer , vainqueur au mental de l'Argentin Del Potro (7-6, 7-6) après avoir sauvé quatre balles de 2e set.

Il était déjà passé tout près en demi-finale de l'Open d'Australie. Battu en cinq sets par Novak Djokovic au terme d'un match épique qu'il avait globalement dominé (6-3, 3-6, 6-7, 6-1, 7-5), Andy Murray n'a cette fois pas laissé filer l'occasion. Le nouveau protégé d'Ivan Lendl, pourtant mené 7-4 dans ses confrontations directes avec le Serbe, a semble-t-il trouvé la méthode pour faire déjouer le numéro 1 mondial. Aux dernières nouvelles, il est bien le seul. Pour "Nole", il s'agit d'un premier coup d'arrêt car après son sacre à Melbourne, on le pensait reparti sur les mêmes bases stratosphériques que lors de sa saison 2011. L'an passé, il avait enchaîné 41 victoires consécutives en début de saison, soit une de moins seulement que le record de John McEnroe en 1984. Il avait connu sa première défaite en juin, en demi-finale de Roland-Garros, face au Suisse Roger Federer. Cette fois, le compteur se bloque à 10. Surtout, cette défaite confirme l'impression laissée en Australie par le Djoker, plus aussi impressionnant que l'an passé. Ainsi, sur ce match, il est apparu parfois bien démuni face au Britannique, dont le jeu de contre ne lui permet pas de développer son habituel tennis en rythme.

Murray dompte ses démons

Coupable de plusieurs fautes directes étonnantes, Djokovic est le premier à céder son engagement à 3-2 en faveur de Murray. Ce dernier profite de l'aubaine et se détache irrémédiablement au score dans cette première manche qu'il conclut d'un magnifique passing de revers en à peine 30 minutes de jeu (6-2). Pour le meilleur joueur du monde, le coup est dur à encaisser. Djoko tente bien de modifier sa stratégie en se portant plus souvent au filet mais sa maladresse au filet lui coûte cher : Murray, impérial en défense, breake à nouveau d'entrée de second set. En tout, le n°4 mondial va inscrire sept jeux d'affilée face à un Serbe incrédule.

A 5-3, pourtant, la machine se grippe toute seule. Djokovic n'y est pas vraiment pour grand-chose, c'est bien dans la tête de l'Ecossais que ça coince. Rattrapé par le "petit bras", il remet Djokovic en selle (5-5). Les vieux démons semblent revenus le hanter mais, dans un ultime sursaut d'orgueil, il parvient à se ressaisir en ravissant une dernière fois l'engagement d'un Serbe médusé ! Un dernier coup droit dans le filet et c'est terminé, le triple tenant du titre à Dubaï est battu. Et s'est peut-être trouvé une nouvelle bête noire. "J'ai juste essayé de faire ce que j'avais fait en Australie. J'étais très près là-bas et aujourd'hui j'ai fait ce que j'avais à faire, même si ça a failli m'échapper à la fin", a souligné l'Ecossais, qui a maintenant remporté cinq de ses huit derniers matches contre Djokovic.

Federer, le mental suisse

Juan Martin Del Potro pourra ruminer longtemps cette fin de demi-finale. Menant 5-0 dans le tie-break de la seconde manche, l'Argentin n'a pas réussi à enfoncer le clou. Encore trop friable mentalement, Del Potro a pu mesurer l'écart qui le sépare du Top 4. Si tennistiquement, ce dernier est très mince, le Sud-Américain a encore beaucoup de progrèsdans à  la gestion psychologique de ses matchs faire s'il veut se mêler à la lutte pour la première place mondiale. Car c'est bien sur quelques points que s'est jouée cette demi-finale. Et ces points, c'est le Suisse qui les a remportés. En finale, le n°3 mondial pourra s'étalonner face à Andy Murray, qui mène 8-6 dans ses duels face au Suisse et qu'il a battu lors de leurs deux dernières finales, en 2010 à Toronto et Shanghai.

Julien Lamotte