Andy Murray - Masters Cup 2011
Andy Murray a été surpris par David Ferrer lors de son premier match de la Masters Cup | AFP - Leon Neal

Murray chute contre Ferrer

Publié le , modifié le

Devant son public, Andy Murray (N.3) s'est incliné contre David Ferrer (N.5) 6-4, 7-5 dans l'O2 Arena de Londres lors de la Masters Cup regroupant les huit meilleurs joueurs de la saison. Une défaite assez surprenante pour l'Ecossais, qui s'annonçait favori de cette rencontre, face à un joueur plus adepte de la terre-battue. Dans l'autre duel du jour, Novak Djokovic (N.1) et Tomas Berdych (N.7) se sont livrés un âpre combat, remporté par le Serbe 3-6, 6-3, 7-6(3).

Le match a tenu toutes ses promesses. Le Tchèque a pris les devants, menant d'emblée 4-0 en imposant sa puissance de frappe. Le numéro 1 mondial est revenu à 2-4 mais il a dû concéder la manche (6-3). Dans le second set, le Serbe a fait le break d'entrée (2-0) pour dérouler ensuite sur son service et conserver son avantage face à un Berdych constant mais moins brillant. Quelques coups splendides de Djokovic (amortie lumineuse, revers croisé parfait) ont fait la différence (6-3).

Berdych craque à la fin...

Le bras de fer a continué lors d'un troisième acte magnifique où les deux protagonistes se sont rendus coup pour coup. Le lauréat du Masters 1000 de Paris-Bercy 2005 s'est détaché pour mener 4 jeux à 2 au cœur de la manche mais Djokovic réussissait à recoller à 4-4 puis 5-5. Après deux heures et demi de jeu, c'est finalement le natif de Belgrade qui concluait finalement dans un jeu décisif de haute volée (7-2) après quelques fautes directes malvenues d'un Berdych un poil trop émotif pour réaliser l'exploit d'infliger au "Djoker" sa cinquième défaite de l'année.

Ferrer mate l'ombre de Murray

Homme en forme de cette fin de saison, avec trois titres coup sur coup lors de la tournée asiatique, Andy Murray a pourtant vacillé contre David Ferrer. Une défaite sèche, en deux sets 6-4, 7-5, face à celui contre qui il menait (5-3) dans leurs confrontations avant cette rencontre. Leur dernier face-à-face, en finale du Masters 1000 de Shanghaï avait d'ailleurs tourné à l'avantage du britannique. Pourtant, c'est bien Ferrer, qui s'est rapidement distingué lors de la rencontre. Prenant rapidement Murray à la gorge, il scellait la première manche (6-4) sans que son adversaire ne puisse se révolter. S'il n'a pas la panoplie de coups des joueurs du "Big Four", l'Espagnol est réputé pour toujours jouer un match à son maximum. Il l'a démontré une fois de plus ce lundi, récitant ses gammes. Les coups de moins biens sont rares pour ce travailleur infatigable, au jeu de jambes qui n'a d'égal que Rafael Nadal.

C'est LA première surprise de ce Masters, où la logique avait toujours été respectée lors de la première journée de dimanche avec les victoires de Federer et Nadal. Murray était certainement diminué lors de la rencontre, où il a demandé l'intervention du masseur à la fin de la première manche pour se faire masser le dos et l'épaule. Cause ou conséquence, il n'a eu que très peu de réussite, avec 46% de première balle. Insuffisant pour déstabiliser un joueur du calibre de Ferrer, finaliste de l'édition en 2007. Encore moins Novak Djokovic.

Les réactions

Andy Murray (GBR, battu par l'Espagnol  David Ferrer): "C'est décevant. Je ne me sentais pas très bien. J'avais un  problème aux adducteurs. Ca ne m'a pas aidé. Je n'ai pas particulièrement bien  bougé. Il faut voir comment ça va évoluer. Pourtant j'ai quand même eu quelques  occasions. J'ai eu un break d'avance dans les deux sets. Je n'ai pas pu  m'entraîner beaucoup cette semaine et je ne savais pas comment j'allais me  sentir sur le court. Je me suis fait ça à l'entraînement quelques jours après  Paris. Si ça n'avait pas été le Masters ou un Grand Chelem je n'aurais pas  joué. Avec le système des poules, on peut parfois passer même en gagnant un  seul match, donc j'ai encore une chance. Ferrer est très solide, il donne très  peu de points."
Novak Djokovic (SRB, vainqueur du Tchèque Tomas Berdych): "C'était mon match le plus dur depuis l'US Open. Je ne suis pas très satisfait de ma performance mais une victoire est une victoire. Mon adversaire était quelqu'un d'imprévisible qui possède des coups puissants du fond du court. Il était important de rester dans le match et de concrétiser les occasions quand elles se présentaient. Je n'ai rien senti à l'épaule et j'étais bien sur le court. Je suis en forme physiquement. Il faut que j'améliore mon jeu pour le prochain match".

Vincent Fossiez @VincentFossiez