Lucas Pouille voudra confirmer son Open d'Australie à Montpellier
Lucas Pouille voudra confirmer son Open d'Australie à Montpellier |

Montpellier, le tournoi d'après pour Lucas Pouille

Publié le , modifié le

Depuis sa création en 2011, chaque édition du tournoi de Montpellier est marquée par les bonnes performances françaises. Cette année, c'est Lucas Pouille, le héros de Melbourne qui est attendu.

Attention, l’atterrissage risque d’être mouvementé. Après avoir tutoyé, à Melbourne, des cieux que certains le pensaient incapable d’atteindre, Lucas Pouille devra bien négocier la descente cette semaine. Là où il avait joué son meilleur tennis l’an dernier (victoire finale face à Richard Gasquet), le Français sera attendu au tournant. C’est le lot des exploits. Ils fixent de nouveaux seuils d’attente. Et de nouveaux objectifs. On attend d’un demi-finaliste de Grand Chelem qu’il l’emporte, quand le deuxième joueur le mieux classé du tournoi est classé 21e (David Goffin). D’autant que le Belge traverse une crise de confiance : il vient de se séparer de son entraîneur Thierry Van Cleemput, afin de trouver "un nouveau discours" et de relancer une carrière qui ronronne depuis un an. Goffin s'est fait sortir sans ménagement par Daniil Medvedev au 3eme tour à Melbourne, après une défaite au premier tour à Doha face à Ricardo Berankis (105e). 

Montpellier, l’empire des Français 


Bon signe pour Lucas Pouille, l’Open Sud de France n’est pas le pire des théâtres pour performer quand on est Français. Depuis la création du tournoi en 2011, aucune finale n’a eu lieu sans Français, et quatre d’entre elles ont opposé deux tricolores. Seuls Alexander Zverev(2017) et Tomas Berdych(2012) ont brisé l’hégémonie locale. En comparaison, sur la même période à Marseille, l’autre tournoi de février où les Français ont l’habitude de briller, les vainqueurs étrangers ont été fréquents. Khachanov, Kyrgios, Gulbis, Del Potro ou Soderling accompagnent Tsonga et Simon au palmarès.  

Cette année, il y aura encore une forte présence hexagonale avec neuf Français en lice, dont les deux derniers qualifiés Nicolas Mahut et Antoine Hoang. Benoît Paire voudra confirmer les bonnes choses entrevues au premier tour de l'Open d'Australie (défaite en cinq sets face à Dominic Thiem) : il affronte Evgeny Donskoy. Gilles Simon affrontera Jo-Wilfried Tsonga. Et Pierre-Hugues Herbert croisera le fer avec Denis Kudla, pour tenter de concrétiser ses progrès en simple, tandis que Jérémy Chardy devra se débarrasser du vieillissant Mischa Zverev. 

Il y a quelques semaines,  le chemin de Lucas Pouille aurait semblé insurmontable : l'expérimenté Kohlshreiber ou le facétieux Gulbis en quarts, un camarade de Coupe Davis en demies (Simon ou Tsonga), puis Goffin, Berdych ou Shapovalov pourraient l'attendre en finale. Mais aujourd'hui, Lucas Pouille est un demi-finaliste de Grand Chelem. La route vers le titre doit être, au pire, semée d'embûches, au mieux, une formalité.