Monfils Gaël coup droit Bercy 11 2010
Gaël Monfils | AFP - Jacques Demarthon

Monfils vient à bout de Federer

Publié le , modifié le

Battu par Novak Djokovic l'an dernier en finale, Gaël Monfils (N.12) peut espérer l'emporter cette fois ci. Il a toutefois dû s'employer pour déborder Roger Federer (N.1) en trois manches serrées, 7-6(7), 6-7(1), 7-6(4). Le Suisse, vainqueur de Roland-Garros en 2009, manque donc l'occasion de se qualifier pour sa première grande finale à Bercy. Le Parisien affrontera dimanche le Suédois Robin Soderling (N.4), tombeur de Michael Llodra dans la première demi-finale.

Accroché d’emblée sur sa mise en jeu, Roger Federer devait faire preuve d’autorité –coup droit gagnant- pour sauver une balle de break. Puis une deuxième sur un ace. Et une troisième sur un service gagnant. Les deux hommes tenaient ensuite leurs engagements sans pouvoir se départager. On allait avoir droit au tie break. Federer creusait le premier écart dans le jeu décisif en profitant d’un revers hors limite de Monfils (4-2). Deux points plus tard, le Français recollait sur un « bois » du Suisse. A 6-5, Monfils manqua sa première balle de set, Rodgeur sortant un ace. C’est également sur un gros service que Monfils sauvait une balle d’une manche à rien à 6-7. Et sur sa deuxième balle de set, l’Helvète underground mettait son coup droit dans le filet. Contre toute attente, Monfils menait un set à zéro (7-6(9-7)) en un peu moins d’une heure

Federer se rebiffe

Dans le deuxième acte, bis repetita. Les deux joueurs tenaient leur mise en jeu même s’ils se retrouvaient parfois à 15-30. Le Français continuait d’envoyer du lourd derrière ses services ce qui avait le don de désarçonner Federer qui ne parvenait pas à rentrer dans le court pour diriger les échanges à sa guise. Monfils utilisait en quelque sorte la tactique chère à Nadal, tout en puissance. Le numéro 2 mondial se montrait toutefois serein sur ses mises en jeu pour arriver au jeu décisif, comme au premier set. Mais Federer se montrait cette fois plus « patron ». Il se détachait facilement (2-0 puis 6-1) pour finalement remettre les compteurs à zéro (7-6). Sur cette deuxième manche, le Parisien avait flanché à cause de sa deuxième balle (seulement 41% contre 75% de points gagnés pour le métronome suisse qui n’avait commis que 5 fautes directes en 44 minutes).

Dès l’entame de la troisième manche, l’homme aux 16 titres en Grand Chelem s’emparait du service adverse pour mener 2-0. Prenant la balle plus tôt afin d’accélérer les échanges, Federer contraignait Monfils à effectuer l’essuie-glace trois mètres derrière sa ligne de fond. Malgré toute sa volonté et sa science du jeu de défense, le Français ne pouvait pas remettre toutes les attaques d’un Suisse bien campé sur sa ligne. Les jeux défilaient (3-0 puis 4-1). Mais Monfils n’abdiquait et refaisait son break de retard après quelques échanges affolants. Sur un retour tonitruant, il poussait Federer à sortir un coup droit « facile ». Le Bâlois ne menait plus que 4-3. Puis 5-4 sur un jeu blanc. Mais Monfils ne lâchait pas prise. Dès que Federer évoluait en cadence, il prenait de vitesse son rival. En revanche, sitôt qu’une balle neutre arrivait plein centre, « La Monf » expédiait une praline qui renvoyait Federer dans ses cordes. 

Monfils héroïque

Dans ce match de tennis qui ressemblait furieusement à un combat de boxe, le premier à sembler craquer fût Monfils. A 6-5, Federer se procurait ainsi deux balles de match. Il manqua la première en coup droit dans le filet et le Français sauva au filet la seconde. Sur la troisième, un service gagnant du Francilien retardait de nouveau l’échéance. Idem sur la quatrième. Sur la cinquième, Monfils se sorti les tripes pour claquer un smash et un coup droit qui contraignaient Federer à la faute. Deux points et un ace plus tard, Monfils arrachait un tie break bien mérité.

Federer démarra celui-ci par un ace. Réplique immédiate de Monfils avec un service gagnant. Deux fautes plus tard, le Suisse se retrouvait mené 3-1. Puis 4-2 sur un énorme coup droit du Français. Malheureusement, il sortait un coup droit sur le point suivant. Imité par son rival juste après (5-3). A 5-4, Monfils bénéficiait de deux services pour conclure. Il se procurait une balle de match sur un coup droit dans les bâches de Federer (6-4). Et concluait l’affaire sur un service gagnant imparable (7-4). Splendide.