Gaël Monfils
Gaël Monfils forfait | AFP

Monfils se complique la vie mais file en demie à Dubaï

Publié le , modifié le

Pourquoi faire simple... ? Pourtant auteur d'un début de match impeccable, Gaël Monfils s'est un peu compliqué la vie pour se qualifier en demi-finales du tournoi de Dubaï. Opposé au Lituanien Ricardas Berankis (113e joueur mondial), le Parisien a parfois semblé manquer de fraîcheur physique, mais a fini par faire respecter la logique en s'imposant en trois sets 6-1, 6-7(3), 6-2.

Tombeur du Chypriote Marcos Baghdatis et du Croate Marin Cilic (10e mondial), Gaël Monfils est en forme, en pleine forme même. Bénéficiant à présent d'un tableau dégagé, il se retrouvait face au Lituanien Ricardas Berankis. Les deux hommes s'étaient auparavant retrouvés une fois sur le circuit ATP, et le Français avait déjà eu le dernier mot. C'était en 2014 en 8e de finale du tournoi de Bucarest (6-1, 6-3). Cette fois, Monfils a bien maîtrisé le début de la rencontre en empochant la première manche au bout de 23 petites minutes.

Comme il en a parfois l'habitude, Monfils n'a pas su profiter de cet ascendant psychologique et maintenir sous pression son adversaire. Bien moins performant sur les retours de service de Berankis, l'ancien N.6 mondial (en 2016) a rencontré une plus grande résistance face à un joueur issu des qualifications. La prise de risques du Lituanien a porté ses fruits et Monfils s'est souvent retrouvé en difficulté dans les échanges. Parfois à la recherche de son second souffle, Monfils s'est visiblement contenté de renvoyer la balle, sans chercher à attaquer.

A la recherche du second souffle

Heureusement pour lui, son adversaire commettait de nombreuses fautes directes et il en profitait pour finalement breaker à 5-4. Mais manquant d'agressivité, ou peut-être de fraîcheur physique, le N.2 français a laissé le champ libre à Berankis, qui a débreaké grâce à une double faute... Et dans le jeu décisif, c'est Berankis qui a eu le dernier mot (7-3).

Capable de laisser filer des points tout faits comme de coups d'éclat à l'image d'un superbe passing provoquant les hourras des spectateurs, le joueur de 32 ans retrouvait enfin son second souffle pour faire enfin basculer la rencontre à 4-2, puis 5-2 et 6-2.
Monfils, 23e à l'ATP, signe là un huitième succès d'affilée et confirme son très bon début de saison. Au prochain tour, le récent vainqueur du tournoi de Rotterdam tentera de décrocher une place en finale face au Grec Stefanos Tsitsipas (N.5), vainqueur en trois manches du Polonais Hubert Hurcacz.