Washington Gael Monfils 082011
La joie et la rage de Gaël Monfils | Getty Images - Matthew Stockman

Monfils s'arrache et s'offre une finale

Publié le , modifié le

Le Français Gaël Monfils, N.7 mondial, a rejoint le Tchèque Radek Stepanek en finale du tournoi ATP de Washington en battant l'Américain John Isner, 35e mondial, 6-4, 3-6, 7-6 (8/6). Monfils a sauvé une balle de match dans le dernier set avant de battre John Isner au tie-break (8/6) pour parvenir à sa première finale américaine et la première de sa saison, lors d'une rencontre perturbée à trois reprises par la pluie et terminée très tard.

"Je suis très content" a dit Monfils. "Ce n'est pas terminé, mais c'est déjà presque un grand exploit. J'ai eu une dure année, avec une blessure (au poignet gauche qui l'immobilisa six semaines) et un nouveau coach.. Aussi revenir aussi fort aujourd'hui est réconfortant" a ajouté le Français.

De son côté Isner qui réussit 19 aces contre 12 au Français priva Monfils de deux balles de match dans le 10e jeu du 3e set avant d'aller au tie-break, smashant une volée gagnante et réussissant un ace que Monfils contesta demandant le recours à la vidéo mais celle-ci ne fonctionna pas. "C'est frustrant car c'est sur une balle de match que la machine tombe en panne" protesta Monfils. "C'est la première fois que cela m'arrive."

Monfils va affronter dimanche pour la conquête d'un quatrième titre de sa carrière, le Tchèque Radek Stepanek, 54e mondial, vainqueur lui de Young dans la seconde demi-finale. "Ce sera un match difficile" a déclaré le Français. "Il sera agressif. Il me faudra être fort d'entrée de jeu car ce ne sera pas aisé." Stepanek, 32 ans, a perdu cinq des sept rencontres face à Monfils, dont la dernière au tournoi de Hambourg il y a deux semaines. "Il se déplace de façon incroyable" a dit Stepanek de son adversaire ajoutant que Monfils était "un grand frappeur".

Le Tchèque n'a plus disputé de finale depuis celle perdue à Brisbane en janvier 2010 et n'a plus été sacré depuis San Jose en 2009. Samedi, Stepanek n'a eu besoin que d'une heure et 18 minutes pour se débarrasser de son cadet américain de 22 ans, 128e mondial, qui disputait la première demie de sa carrière.

Gilles Gaillard