Novak Djokovic, le meilleur à Miami
Novak Djokovic, le meilleur à Miami | AL BELLO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Miami - Djokovic conserve son titre

Publié le , modifié le

Le numéro 1 mondial Novak Djokovic a conservé son titre face à Andy Murray (N.4). Le Serbe s'est imposé en deux manches 6-1, 7-6 (7/4). Il s'agit de la première victoire de la saison en Master 1000 cette saison pour le numéro 1 mondial, la seconde après l'Open d'Australie. Avec cette victoire forgée en 2h18, la trentième en carrière, le joueur de Belgrade est le premier à défendre son titre à Miami depuis le Suisse Roger Federer en 2006.

"Je crois que j'ai joué un grand match, du début à la fin", s'est félicité Novak Djokovic. Pourtant, le Serbe n'a pas sorti (ou n'a pas eu besoin) son meilleur tennis mais il a pu profiter des  largesses de l’Écossais, qui n'était pas dans un grand jour (39 fautes  directes). Au cours d'une finale décevante en terme de qualité de jeu, Djokovic a  mieux servi que son adversaire et ne l'a jamais laissé trouver un rythme.  "J'ai pu jouer à mon meilleur niveau quand j'en ai eu besoin, c'est ce qui  importe le plus", a déclaré le numéro 1 mondial. "J'ai gagné mes trois derniers matches au tie break du  second set, c'est quelque chose qui me donne de la confiance pour la suite."

Murray a montré des faiblesses en revers et n'a pas été en mesure de mettre la pression sur le service adverse (une seule balle de break dans le  match, aucune dans le second set) ni de construire un semblant de dynamique. Le premier set a été plus serré que le score l'indique mais Murray a perdu  son service dans le 4e jeu alors qu'il avait une avance de 40-0 et a eu six  balles de jeu. Il s'est procuré sa seule balle de break du match dans le jeu  suivant mais Djokovic l'a écarté avec un coup droit gagnant.

Pas de retour pour Murray

Dans la seconde manche, Djokovic a eu quatre balles de break dans trois  jeux de service de Murray mais sur trois d'entre elles le Serbe a mal joué le  coup et a fait des fautes évitables. Comme en quart de finale et en  demi-finale, il a fait preuve d'un froid réalisme pour enlever le match au tie-break, dans lequel Murray a eu l'imprudence de commettre une double faute. "Je n'ai pas bien retourné son service, ce qui est habituellement un des  points forts de mon jeu. Je ne sais pas si c'est parce que je n'avais pas joué  ces derniers jours", a indiqué Murray, qui avait profité du forfait de Rafael  Nadal sur blessure pour se qualifier en finale. Il n'avait plus joué depuis  mercredi et sa victoire en quart de finale sur le Serbe Janko Tipsarevic."Si j'avais mieux retourné, notamment sur ses deuxièmes balles, j'aurais  été en bonne position dans ce match", a-t-il expliqué. Loin des derniers duels plus serrés entre les deux hommes, la finale s'est donc arrêté à deux manches. "Avec un joueur d'une telle qualité, on ne peut jamais être sûr de rien. Il revient toujours dans la partie, même quand vous avez l'impression de la contrôler. Je suis donc très content d'avoir bouclé le match en deux sets", a commenté Djokovic.   

Comme Agassi et Sampras

Djokovic, qui n'a pas perdu un set dans le tournoi, s'est imposé à Miami  pour la troisième fois de sa carrière (après 2007, 2011). Seuls deux autres  joueurs ont réussi à gagner au moins trois fois sur l'île de Key Biscayne: les  Américains Andre Agassi et Pete Sampras. "Miami est un endroit spécial pour moi car c'est là que j'ai gagné le  premier titre important de ma carrière. Cela avait été un bond en avant dans ma  carrière", a-t-il déclaré avant de recevoir le trophée. Vainqueur des trois derniers tournois du Grand Chelem, Djokovic a  enregistré dimanche la 90e victoire depuis le début de la saison 2011, celle  qui l'a vu atteindre le rang de N.1 mondial après sa victoire à Wimbledon. C'est bien lui le patron du circuit.

Mathieu Baratas