Novak Djokovic heureux au Masters 2016 qualifié en demi-finales
Novak Djokovic exulte : il est qualifié pour les demi-finales du Masters de Londres. | GLYN KIRK / AFP

Masters (Londres) : Novak Djokovic se fait peur face à Milos Raonic mais file en demi-finales

Publié le , modifié le

Une lutte de tous les instants. Bien que vainqueur en deux sets, l'ex-numéro un mondial, Novak Djokovic, a bataillé douloureusement pour s'imposer face au géant canadien, Milos Raonic. 2h17 de jeu (7-6 [6], 7-6[5]) auront fallu au Serbe pour valider le ticket qui mène aux demi-finales du Masters de Londres. Le numéro quatre mondial a même eu une balle de set à 6-5 mais la défense et surtout la détermination infaillible de Djoko auront été une fois de plus décisifs. Cette victoire rime par ailleurs avec l'élimination de Gaël Monfils.

Une confrontation intense, pour un match bizarre. Souvent, Novak Djokovic a paru dépassé face aux parpgaings envoyés par Milos Raonic, dont le premier service fut dévastateur (208km/h de moyenne). Et pourtant, à la fin, c'est bien le Djoker qui en est ressorti vainqueur. Comme lors du BNP Paribas Masters à Paris, l'ex-numéro un mondial, qui veut reprendre son trône dès la fin du Masters de Londres, semblait emprunté dans l'échange. Gêné physiquement ? Pas vraiment, c'est juste la flamme, qui le rendait si fort, si invincible ces derniers mois, qui ne jaillit plus en lui.

11 coups gagnants seulement pour Djokovic

Par conséquent, face à un Milos Raonic surpuissant, et comme face à Marin Cilic il y a dix jours, cela a failli mal se terminer. Deux jeux décisifs très serrés, remportés à l'expérience et au panache, ont finalement permis au Serbe de se qualifier pour les demi-finales. Dès l'entame du match d'ailleurs, le Canadien manquait à trois reprises l'occasion de faire le break. Il le regrettait une heure plus tard lorsque Djoko empochait la première manche au terme d'un premier tie-break interminable (8-6). Dans le deuxième set, le numéro deux à l'ATP voulait à la fois gérer son avance, mais aussi tuer le match. Du coup, il breakait mais se faisait prendre son service - faible aujourd'hui (180km/h à 64% de première balle) - juste après.

Raonic dominait alors les débats, en général, mais lorsque l'échange durait, ou que les moments forts approchaient, c'est bien le Serbe qui sortait de sa besace son arme fatale : sa défense. S'il a réussi seulement 11 coups gagnants dans tout le match, une hérésie pour Novak Djokovic, il a réussi, comme d'habitude, des points venus d'ailleurs. Son mental reste bel et bien intact. Rassurant pour la suite du Masters qui sacrera en fin de semaine et une bonne fois pour toute le Roi de cette saison de tennis. Andy Murray est prévenu, le Djoker n'a pas encore dit son dernier mot.