Stefanos Tsitsipas

Masters de Londres : Stefanos Tsitsipas éteint Roger Federer et se qualifie pour la finale

Publié le , modifié le

Dans un jour sans, Roger Federer n'a rien pu faire face à la bombe Stefanos Tsitsipas. Le Grec, solide et efficace dans les moments clés, s'offre le N°3 mondial en deux sets (6-3, 6-4) et file en finale pour sa première participation au Masters.

Premier Masters, première finale. Jeune bizuth à Londres, Stefanos Tsitsipas verra donc la finale de la grande messe tennistique de fin d'année après sa victoire en demi-finale face à Roger Federer ce samedi (6-3, 6-4). Dans une O2 Arena totalement acquise à la cause de l'ancien N°1 mondial, le Grec a offert un match plein, se montrant solide dans tous les moments chauds (3/4 sur balles de break) pour dompter le Suisse et s'offrir l'une des plus belles victoires de sa carrière. Il affrontera le vainqueur du duel Zverev/Thiem en finale.

Les doutes étaient permis autour du physique de Stefanos Tsitsipas, au lendemain de sa défaite marathon de près de trois heures face à Rafael Nadal. Le Grec a rapidement montré qu'à 21 ans, enchaîner le recordman de titres en Grand Chelem 24 heures après le N°1 mondial ne lui posait pas vraiment de problèmes. Face à un Roger Federer inhabituellement imprécis (26 fautes directes au total), il a pris les devants d'entrée en prenant le service de son adversaire pour ne plus lâcher les devants. Federer, bien plus agacé et tendu que lors de sa victoire stratosphérique face à Novak Djokovic il y a deux jours, aura mis neuf jeux à entrer dans son match. A 5-3, le Suisse a fait admirer sa panoplie pour écarter six balles de sets. Retour bloqué ou surpuissant, revers long de ligne et longueur de balle, Federer a fait du Federer mais s'est réveillé trop tard pour empêcher le Grec de définitivement sanctionner sur sa septième opportunité (6-3).

Jour sans pour Federer

Un réveil aussi tardif que rapide, puisque le Suisse ne mettra pas deux jeux pour retomber dans ses travers. Aucune première balle, quatre fautes directes et Federer voit s’envoler son deuxième jeu de service pour offrir de nouveau un break précoce à son adversaire. Le débreak dans la foulée ne sera qu'un feu de paille. Agressif, solide sur ses appuis, impressionnant dans sa couverture de balle, Stefanos Tsitsipas éteint le Maître sur le jeu suivant pour finalement croquer sa proie en deux sets et 1h18.

Comme à l'Open d'Australie en début d'année, où il n'avait converti aucune de ses 12 balles de break avant de s'incliner en huitièmes de finale face au Grec, Roger Federer est encore une fois tombé sur un roc nommé Tsitsipas, ne convertissant qu'une seule de ses douze opportunités de break. Vainqueur trois fois du Suisse cette saison, tombeur également de Rafael Nadal et Novak Djokovic, le 6e joueur mondial a lui de nouveau montré qu'il ne faisait aucun complexe face aux trois monstres du tennis mondial. De quoi déjà entrevoir un premier titre à Londres pour sa première participation. A 21 ans, Stefanos Tsitsipas continue de grandir très vite.