Nadal Masters

Masters de Londres : Rafael Nadal renverse Stefanos Tsitsipas

Publié le , modifié le

Au terme d'un match de titans, Rafael Nadal s'impose en trois sets 7-6 (7/4), 4-6, 5-7 face à un Stéfanos Tsitsipas d'ores et déjà qualifié pour les demi-finales du Masters de Londres. Ayant perdu plus de sets qu'Alexander Zverev, le numéro 1 mondial, finalement éliminé, devait compter sur une défaite de l'Allemand contre Daniil Medvedev pour accompagner Tsitsipas dans le dernier carré. De son côté, le Grec a livré un match de haut niveau, sans pression ni enjeu.

Une qualification encore possible 

Au moment de lever les bras, tout était encore possible pour Rafael Nadal. Alors qu'il pouvait déjà célébrer sa place de numéro 1 mondial devant Novak Djokovic, l'Espagnol avait toujours une chance d'atteindre le dernier carré de ce Tournoi des maîtres. Pour cela, Alexander Zverev devait perdre son duel face à Daniil Medvedev dans la dernière rencontre de la phase des groupes de cet ATP Finals. Malheureusement pour "Rafa", l'Allemand n'a pas tremblé et s'est imposé, avec autorité, contre le Russe

Terminé en 2h52, le duel Nadal - Tsitsipas n'a pour autant laissé aucun temps mort. Au coude à coude du premier au dernier échange, les deux adversaires se sont livrés une bataille monumentale. Après avoir perdu le premier set au jeu décisif, le Majorquin a finalement inversé la tendance aux deux suivants. A l'image de son dernier match face à Daniil Medvedev, le numéro 1 mondial a réalisé une remontée spectaculaire. Mais il devra encore patienter pour valider son ticket en demi-finale.

Un Tsitsipas des grands soirs

Le vainqueur du Masters Next Gen 2018 a perdu le duel mais n'en sort pas moins héroïque. Solide depuis le début du tournoi, le Grec a signé un sans-faute lors de ses deux premiers matchs. Pour sa première participation au Masters de Londres, Stéfanos Tsitispas confirme une fois de plus sa place parmi l'élite. Magistral au premier set, il s'est ensuite un peu relâché lors du deuxième (perdu 6-4). Un résultat qui s'explique notamment par l'absence d'enjeu puisque le joueur de 21 ans était déjà qualifié avant le match.