Infantino sur la coupe du monde à 48

Masters de Londres : Monfils vous manque et tout est dépeuplé

Publié le , modifié le

Gaël Monfils ne s'est pas qualifié pour le Masters de Londres, après sa défaite en quarts de finale à Bercy face à Denis Shapovalov. Il n'y aura donc aucun Français qualifié à Londres, tout comme en 2018 et 2017.

Gaël Monfils a failli réaliser le hold-up parfait. Grâce à un très mauvais tournoi de ses concurrents directs, mais aussi à un tableau plutôt clément, le Français était à un match de passer devant Matteo Berrettini au classement et donc, de lui chiper la dernière place qualificative pour le Masters de Londres. Cela n'aurait pas forcément été l'issue la plus logique, au vu de la relative constance de l'Italien au plus haut niveau depuis son éclosion au printemps dernier.

à voir aussi Masters 1000 de Paris : Gaël Monfils, impuissant contre Denis Shapovalov, rate la demie et le Masters Masters 1000 de Paris : Gaël Monfils, impuissant contre Denis Shapovalov, rate la demie et le Masters

Lui-même l'admet : "Honnêtement, c'est un concours de circonstances énorme. A chaque fois on dit: "Gaël, Gaël"... mais Bautista, Berrettini, c'est eux qui avaient les clés en main. J'ai eu une chance infime. Dès le début du tournoi, j'ai eu beaucoup de réussite." Au final, le Parisien termine l'année dans le Top 10 pour la deuxième fois de sa carrière. Pas grand monde n'aurait misé dessus il y a un an. A 34 ans, sa saison est plus que réussie. Le problème, c'est qu'il est un peu l'arbre qui cache la forêt pour les Français.

3 années de suite sans Français au Masters ? Une première depuis 2008

Le deuxième meilleur Bleu après LaMonf' ? Lucas Pouille, 21e. Il était censé reprendre le flambeau des "quatre mousquetaires". Mais à 26 ans, il peine encore à trouver l'étincelle, malgré une demi-finale à Melbourne début 2019. Il était loin, très loin d'une qualification à Londres. Et son classement risque de chuter vite une fois ses points de l'Open d'Australie enlevés. 

On le répète inlassablement depuis quelques années : il y a un trou générationnel dans le tennis français. Le Masters de Londres n'en est qu'un symptôme supplémentaire et implacable. Entre 2008 et 2016, les Français ont placé un représentant dans les qualifiés (8+1 remplaçant) six fois sur huit. En 2008, il y a même eu deux Français parmi les titulaires : Jo-Wilfried Tsonga et Gilles Simon. 

Au Masters 2020 : Lucas Pouille ou... Ugo Humbert ?

Cette époque est-elle totalement révolue? Certainement pas. La France est une grande nation de tennis. La densité de ses rangs reste exceptionnelle (12 joueurs dans le Top 100 en 2019, aucune nation ne fait mieux). C'est une histoire de cycle. Mais quand arrivera donc le prochain cycle ? Si Lucas Pouille parvient à stabiliser son niveau de jeu, il devrait être en mesure de lutter pour rentrer dans les huit. Et derrière ? Combien d'années reste-t-il à Gaël Monfils (33 ans) et Jo-Wilfried Tsonga (34 ans) ? Richard Gasquet et Gilles Simon semblent en bout de course. On voit mal Benoît Paire acquérir une constance suffisante sur une saison entière pour jouer les tout premiers rôles.

Il reste la nouvelle génération. Elle n'est pas très garnie. Seul Ugo Humbert semble dans les temps. Il est qualifié pour le Masters de Milan, ce qui le situe parmi les huit meilleurs joueurs de 21 ans ou moins. Il a atteint les huitièmes de finale à Wimbledon cette année, et a remporté plusieurs Challengers. Mais Humbert semble un cran en-dessous des Shapovalov, Auger-Aliassime, ou encore Stefanos Tsitsipas, 6e joueur mondial au même âge que lui. Si son accession dans l'élite devait se faire dès 2020, ce serait une énorme surprise. Mais il devrait - logiquement - assurer la relève pour les années d'après. D'ici là, il faudra compter sur Lucas Pouille. Ou Gaël Monfils, sait-on jamais.