Roger Federer
Roger Federer | AFP

Masters de Londres : Ces trois secteurs où Roger Federer va devoir exceller face à Novak Djokovic

Publié le , modifié le

Victorieux de l'Italien Matteo Berrettini ce mardi pour son deuxième match au Masters (7-6, 6-3), Roger Federer s'est un peu rassuré. Surclassé par Dominic Thiem dimanche, le Suisse est encore en vie dans ce tournoi des maîtres, mais sait qu'il devra sérieusement élever son niveau de jeu pour rêver de victoire face à Novak Djokovic, et s'ouvrir les portes du dernier carré. Dans trois secteurs, le Suisse devra se transcender lors de ses retrouvailles avec le Djoker, qu'il n'a plus affronté depuis leur finale à Wimbledon.

Il y a eu du bon, et du mauvais. Roger Federer n'a pas été étincelant pour faire tomber l'Italien Matteo Berrettini, ce mardi, au Masters de Londres. Accroché dans le premier set, le Suisse s'est appuyé sur un gros service pour venir à bout du numéro 8 mondial en deux manches. Il faudra faire mieux, bien mieux face à Novak Djokovic dans ce qui sera un véritable quart de finale. Federer le sait, le Serbe est en grande forme. Il l'a encore  prouvé récemment à Bercy en ne laissant aucune chance à Denis Shapovalov en finale, et lors de son combat titanesque contre Dominic Thiem ce mardi. Si le Suisse veut s'offrir un premier succès face au Djoker depuis 2015, il devra donc se montrer parfait dans trois secteurs de jeu que nous avons ciblés.  

à voir aussi Masters de Londres : Roger Federer dompte Matteo Berrettini et survit Masters de Londres : Roger Federer dompte Matteo Berrettini et survit

• Saisir les opportunités 

Avec seulement 50% de balles de break converties ce mardi (2/4), Roger Federer n'a pas vraiment su convertir ses opportunités pour faire mal à son adversaire. Il avait été encore plus en difficulté dans ce secteur lors de sa défaite contre Dominic Thiem. Le Bâlois s'était en effet procuré 4 balles de break sur l'ensemble de la partie mais n'en avait convertie qu'une seule, quand de son côté, l'Autrichien affichait 60% de balles de break gagnées.

Face à Novak Djokovic, il faudra répondre présent dans les moments cruciaux. Excellent défenseur, le Serbe ne lâche rien lorsqu'il est dos au mur. Federer a pu le constater lors de leur dernier confrontation en finale de Wimbledon, lorsque le numéro deux mondial avait sauvé deux balles de match avant de l'emporter. Le Suisse devra donc s'appuyer sur les statistiques de sa dernière victoire face à Djokovic. C'était en 2015, déjà au Masters. Il avait réussi à passer 4 breaks à son adversaire pour l'emporter 7-5, 6-2 en round robin.

• Être solide au service

 Face à un gros serveur comme Matteo Berrettini, Roger Federer a eu du répondant ce mardi. Le Suisse s'en est d'ailleurs félicité après le match : "J'ai été propre sur mes jeux de service et je pense que cela m'a aidé", a avoué le numéro 3 mondial. "J'espère pouvoir encore élever mon niveau de jeu lors du prochain match", a-t-il poursuivi. Et il le faudra. Avec 67% de réussite sur sa première balle face à l'Italien, le détenteur du record du nombre de titres en Grand Chelem a certes soigné sa mise en jeu, mais devra être encore meilleur dans ce secteur pour espérer l'emporter face au Serbe. 

On le sait, Novak Djokovic excelle en retour, et il faudra un énorme service du Bâlois pour faire vaciller son futur adversaire. En 2015, Federer s'était appuyé sur une très bonne première balle pour l'emporter, et avait surtout réussi à engranger derrière son premier service, avec 75% de points gagnés. Il avait également répondu présent dans ce secteur de jeu en finale de Wimbledon, avec 100 points gagnés derrière sa première balle (sur un total de 124).

• Éviter les fautes directes

Plus précis sur son coup droit face à Matteo Berrettini, Roger Federer a encore commis trop de fautes directes pour un joueur de son calibre. Contre Dominic Thiem, il avait étrangement craqué dans ce secteur, en perdant pas moins de 22 points sur des fautes directes. Un problème que le Suisse avait déjà ciblé il y a quelques semaines, lors de ses deux premiers matches à l'US Open : "Je savais à quoi m'attendre mais je ne pensais pas faire 15 ou 20 fautes directes" , avait reconnu le Bâlois en évoquant son match contre Damir Dzumhur. 

Problème: Federer a généralement beaucoup de mal à mêler qualité de service et précision dans les échanges quand il affronte le Djoker. En 2015, il avait été surclassé par le Serbe en finale du Masters après avoir commis 31 fautes directes. Beaucoup trop pour espérer faire jeu égal avec l'un des meilleurs défenseurs du circuit. Djokovic le sait, s'il parvient à mettre une pression suffisante sur le Suisse, ce dernier pourrait finir par s'agacer, et se montrer moins précis. C'est ce qui s'était produit à Wimbledon lors de leur dernier affrontement. Roger Federer avait commis 61 fautes directes contre 52 du côté du Serbe. Peut-être celles qui ont fait basculé partie dans le cinquième set décisif. 

Roger Federer et Novak Djokovic
Roger Federer et Novak Djokovic © AFP

Une chose est sûre. Federer devra mettre d'autres ingrédients dans cette rencontre s'il veut battre l'homme en forme de cette fin de saison, d'autant que Novak Djokovic n'aura, lui non plus, pas le droit à l'erreur s'il souhaite terminer la saison en tant que numéro 1 mondial. A Wimbledon, les deux hommes avaient offert au public du Center Court un duel d'anthologie, peut-être leur confrontation la plus aboutie tant sportivement qu’émotionnellement. Quatre mois après ce chef-oeuvre du tennis vécu comme un traumatisme par Roger Federer, le Suisse a l'occasion d'enterrer ce douloureux souvenir, mais devra pour cela se transcender, et réciter un tennis quasi-parfait.