Tsitsipas herculéen face à Djokovic

Masters 1000 de Shanghai : Novak Djokovic éliminé par un excellent Stefanos Tsitsipas

Publié le , modifié le

Stefanos Tsitsias, 7e mondial, a créé la sensation en éliminant le numéro un mondial Novak Djokovic 3-6, 7-5, 6-3, vendredi en quarts de finale du Masters 1000 de Shanghai, dont le Serbe était tenant du titre. Le Grec affrontera Daniil Medvedev samedi pour une place en finale.

On croyait Novak Djokovic redevenu insubmersible après ses démonstrations à Tokyo, la semaine passée, et lors de ses deux premiers tours à Shanghaï. Il n'avait pas lâché un seul set, et semblait loin, très loin au-dessus de la mêlée en cette fin de saison. Mais son armure s'est fêlée ce vendredi, cédant sous la redoutable pression d'un jeune Grec qui ne semble jamais aussi fort que dans l'adversité face aux meilleurs. Stefanos Tsitsipas a laissé passé l'orage, avant de prendre la mesure de sa proie et de la dévorer tout cru. En trois sets (3-6, 7-5, 6-3), il a rappelé à la planète tennis pourquoi 2019 était, aussi, son année à lui.

Après la perte rapide du premier set, le Grec de 21 ans a été beaucoup plus coriace dans le deuxième, poussant le Serbe a commettre de plus en plus de fautes et à douter jusqu'à perdre sa mise en jeu et la deuxième manche. Dans la dernière, le Djoker, tenant du titre à Shanghai et quadruple vainqueur du tournoi, a perdu son service dès le quatrième jeu pour être mené 3-1 et Tsitsipas n'a jamais desserré son étreinte.

Nadal revient comme une bombe...sans jouer

Le Grec affrontera d'ailleurs en demi-finales l'autre jeune qui a flambé ces derniers mois, Daniil Medvedev. De son côté, le tenant du titre Novak Djokovic réalise surtout une mauvais opération comptable puisqu'il perd plus de 800 points et laisse revenir Rafael Nadal à quelques encablures dans la course au trône mondial. L'Espagnol, qui a déclaré forfait pour le tournoi chinois en raison d'une inflammation au poignet, avait laissé entendre qu'il reviendrait à la compétition à Bercy. Si Novak Djokovic ne fait pas l'impasse - ce qui serait dans son intérêt dans la course à la place de numéro un mondial - et que Roger Federer décide d'enchaîner après Bâle, le tournoi parisien pourrait être le théâtre d'un vrai feu d'artifice final cette année.