Emmanuel Planque aux côtés de Lucas Pouille, une image du passé
Emmanuel Planque aux côtés de Lucas Pouille, une image du passé | SIPA - CHRISTOPHE SAIDI

Lucas Pouille et Emmanuel Planque, c'est fini

Publié le , modifié le

Après six années de travail en commun, Lucas Pouille a décidé de se séparer de son entraîneur, Emmanuel Planque. A 24 ans, l'ancien N.1 français termine une saison peu reluisante: 8 victoires en 11 tournois depuis Roland-Garros. Malgré une victoire à Montpellier en 2018 et deux finales (Dubai, Marseille), le Nordiste s'enfonce dans la crise. 18e mondial en début de saison, il est désormais 32e. Son coach l'a mené du titre de champion de France junior à la 10e place mondiale.

C'était devenu inéluctable. Incapable de passer le 3e tour d'un tournoi du Grand Chelem ni d'un Masters 1000 cette saison, Lucas Pouille a dû se résoudre à se séparer "d'un commun accord" de son entraîneur, Emmanuel Planque. Pendant dix ans, les deux hommes ont lié leur destin. Quand en 2012, l'ancien coach de Michael Llodra ou de Fabrice Santoro prend en charge l'évolution du jeune Pouille, ce dernier vient d'être sacré champion de France junior. Il a 18 ans. A deux, ils vont gravir les marches de la hiérarchie mondiale. 

Pour parvenir jusqu'au 10e rang mondial, l'an dernier, le joueur a pu compter sur diverses initiatives de son coach. L'appel à Yannick Noah, avant Roland-Garros 2015, qui sera le premier pas du retour du "capitaine Yan" en Coupe Davis et dans le tennis français. C'est d'ailleurs Emmanuel Planque qui, lors de la finale de la Coupe Davis 2017 contre la Belgique, est venu préparer son protégé pour le 5e match décisif, alors que les entraîneurs personnels étaient généralement mis de côté. Et cela avait fonctionné, puisque Pouille avait ramené la victoire, et le Saladier. Puis, il y a eu le recours à Tommy Haas, tout fraîchement retraité du circuit en 2018. Mais le duo n'a pas réussi à faire franchir le cap au N.1 français. 

Cette année 2018 a été marquée par un certain recul. Dans la hiérarchie mondiale déjà, passant du 18e rang en début d'année au 32e aujourd'hui, avant de défendre le titre en Coupe Davis dans quinze jours à Lille. Une victoire à Montpellier, deux finales à Dubai et Marseille, et c'est tout. Une sortie au 1er tour à Melbourne, au 3e à Roland-Garros et l'US Open, au 2e à Wimbledon, et jamais deux victoires enchaînées en Masters 1000, le bilan est bien loin d'un prétendant au Top 10. 

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze