Michael Llodra volée coup droit Bercy 2010
Michael Llodra | AFP - Jacques Demarthon

Llodra veut rallumer la flamme

Publié le , modifié le

Sa dernière apparition à Bercy avait laissé de très beaux souvenirs au public parisien. Demi-finaliste après un brillant parcours et des exploits face à Isner, Djokovic et Davydenko, Michaël Llodra se sait attendu ce mardi au Palais Omnisports de Paris-Bercy. Le Parisien devra toutefois rester sur ses gardes dès ce premier tour qui l'opposera à un autre gaucher, l'Espagnol Feliciano Lopez.

Il doit y repenser encore à ce satané passing dans le filet. Alors qu'il avait sûrement réalisé un parcours parfait tout au long de la semaine, Llodra était tombé en demi-finale, après avoir laissé filer trois balles de match face à Robin Söderling. Conscient d'être passé tout près de l'un de ses rêves de gamin, le Français a dû ressasser ce fameux match perdu contre le Suédois. Et savoir qu'il avait perdu face au futur vainqueur reste une bien maigre consolation, tant il paraissait intouchable en ce mois de novembre 2010. Aidé il est vrai par une surface plus rapide que d'habitude, mais aussi par un public parisien acquis à sa cause et une confiance au plus haut après des titres obtenus à Marseille et Eastbourne, Llodra avait régalé le public. Sa réussite au filet avait même un temps laissé planer le doute sur un possible retour au premier plan du jeu des attaquants "à l'ancienne".

A la manière d'Edberg

Il avait à tel point régalé le public, que même le capitaine de Coupe Davis, Guy Forget, avait chamboulé ses plans pour la finale de la Coupe Davis face à la Serbie. Impeccable à la volée, Llodra se serait bien vu imiter l'un de ses modèles, Stefan Edberg, un véritable artiste au filet, et surtout vainqueur en 1990. Un an après, Llodra est bel et bien redescendu de son nuage. La désillusion de la finale de la Coupe Davis (avec son simple perdu face à Troicki) et les performances mitigées de la nouvelle saison 2011 ont fait peu à peu oublier la performance de Llodra à Bercy. Pour sa septième participation, Llodra qui est passé de la 21e place mondiale à la 32e aura à coeur de retrouver toutes ses sensations pour pouvoir revivre la fabuleuse expérience de l'an passé.

Llodra qui a souvent favorisé -trop peut-être- sa carrière en double, peut néanmoins se targuer d'être le premier Français déjà qualifié pour le Masters de Londres, mais ... en double avec le Serbe Nenad Zimonjic. "Ce que je retiens, ce ne sont pas les points mais les émotions que j’ai pu vivre avec ma famille, mes proches", confiait-il à France-Soir le mois dernier. "Que je finisse 30e ou 60e cette année, ça ne changera rien. Par contre, si je me fais plaisir et que j’ai des émotions, ce sera bien", avait-il ajouté en évoquant le Masters parisien. Estimant qu'il se fixait encore deux ans avant de probablement raccrocher, il est fort à parier qu'à 31 ans, Llodra tentera un nouveau coup d'éclat au POPB.

Romain Bonte