Michael Llodra
Michael Llodra | AFP - LIONEL BONAVENTURE

Llodra, une année à fond et une décision

Publié le , modifié le

Désormais vétéran français sur le circuit ATP à 32 ans, Michael Llodra, désormais 114e mondial, ne sait pas encore s'il prolongera l'aventure au-delà de l'année 2013: "Je fais une année à fond en simple et en double, et je prendrai ma décision à la fin de l'année prochaine, même si j'ai déjà une petite idée de ce qu'il se passera", a-t-il déclaré en conférence de presse à Bercy. Il a officialisé son association avec Nicolas Mahut en double.

- Vous êtes au-delà de la 100e place mondiale. Comment voyez-vous l'année prochaine ?
Michael Llodra:
"Pour être honnête, je ne sais pas encore exactement ce que va représenter mon calendrier l'année prochaine. Ce qui est sûr : je fais une année à fond en simple et double, et je prendrai ma décision à la fin de l'année prochaine même si j'ai déjà une petite idée de ce qu'il se passera à la fin de l'année prochaine. Je joue toute l'année prochaine avec Nicolas Mahut le double. C'est officiel. Même si vous vous en doutiez, je l'affirme. On va essayer de faire un programme cohérent pour être performant dans les Grand Chelem. En simple, je vais me retrouver aux alentours de la centième... cela dépend, à moins que je fasse le casse du siècle cette semaine. Après, je vais essayer de faire un programme un peu similaire à cette année. En essayant de privilégier la famille, tout en gardant un bon calendrier en simple et en double. Cela ne sera pas simple surtout en début d'année où c'est assez chargé. Je ne sais pas bien encore. Pour répondre à ta question, je n'ai pas fait le point encore, cela va dépendre de mon classement."

- Vous avez encore envie ?
M.L.:
"Oui, j'ai envie. Ce qui est dur, c’est l’éloignement de ma famille. Je savais qu’en ayant un troisième enfant ce ne serait pas simple. J’ai envie de voir grandir mes enfants, de m'en occuper et on arrive à un âge, non pas fatidique, où il faut se poser les bonnes questions. Tout doucement, je commence à mûrir là-dessus. Ce qui est sûr c'est que je joue encore une année à fond simple et double en faisant un calendrier adapté à ce que j'ai envie de faire et on verra après."

"En profiter un maximum"

- N'avez-vous pas pensé à ne faire que du double ?
M.L.:
"Non, je prends encore beaucoup de plaisir en simple. J'ai encore le niveau. On l'a vu aujourd'hui. Ce n'est pas comme si j'étais complètement à la ramasse. Il y a des semaines plus faciles que d'autres. Quand il y a des surfaces rapides… On ne va pas me revoir sur des surfaces lentes l'année prochaine. J'ai encore envie de me faire plaisir en simple, je pense avoir le niveau. Je vais essayer encore en tout cas, si c'est peut-être ma dernière année, d’en profiter un maximum."

- La Coupe Davis, c'est un objectif prioritaire ?
M.L.:
C’est l'objectif prioritaire. Cela va tourner autour de cela : les Grand Chelem et la Coupe Davis. J'ai toujours aimé jouer les compétitions qui m'intéressent. La Coupe Davis est une priorité. La place sera dure à gagner encore plus avec Arnaud. Mais je vais tout faire pour gagner ma place."