Llodra Michael service Madrid 2011
Le service de Michaël Llodra, un atout même sur terre | AFP - Pierre-Philippe Marcou

Llodra: "Nadal, la cerise sur le gâteau"

Publié le , modifié le

Vainqueur de Daniel Gimeno-Traver (1-6, 6-4, 7-6), Michael Llodra a gagné le droit d'affronter, en quarts de finale du Masters 1000 de Madrid, le maître de la terre-battue dans son antre, Rafael Nadal, vainqueur par forfait de Del Potro. "C'est sympa de pouvoir le jouer chez lui en quart d'un Masters series. Ce qui est sympa c'est qu'il n'est pas trop fatigué", souri le Parisien. "C'est la cerise sur le gâteau." Et d'annoncer: "Ca va être du Riton, à l'abordage".

- N'avez-vous pas eu très peur lors du premier set?
- "Très peur non. Je prends un mauvais départ en étant un petit peu tendu, mais je ne m'affole pas. Lui surtout fait un super début de match. Il ne rate pas un retour, passing, vraiment impressionnant. Mais malgré tout, j'essaie de garder le cap. Et puis sur l'unique chance qui se présente à moi, à 4-4, je le breake. Et après, le troisième set je l'ai gagné dans la tête. Je savais que ça allait être très dur, je sentais un peu de fatigue. Toute la partie, j'ai fait service-volée. Mais c'est mon jeu. Il fallait que je lui propose un jeu qu'il n'aime pas. Ce sont des victoires qui sont top."

- Réalisez-vous que vous êtes en quart de finale d'un Masters 1000, sur terre battue?
- "J'ai la chance d'être récompensé assez rapidement. J'ai bien bossé pendant deux semaines. Je sentais vraiment que j'avais de bonnes sensations. Après il faut pouvoir le reproduire en match. Je n'avais gagné deux matches de suite sur terre battue en Masters Series. Là j'en gagne trois, en faisant des matches très solides. Gimeno je sais que c'est un client. S'il est là c'est pas pour rien. Je suis fier de moi parce que c'est sans doute pas ma meilleure surface, mais ça démontre bien que en jouant mon jeu sur toutes les surfaces je peux être pénible. Avec mon style de jeu, il faut que je sois frais dans la tête, il faut que j'ai envie, il faut que je sois explosif. J'avais trop enchaîné. J'étais épuisé, vidé, j'ai bien fait de couper pendant deux semaines."

- Vous allez jouer Rafel Nadal en quart. Qu'est-ce que cela vous inspire?
- "C'est la cerise sur le gâteau, j'ai envie de dire. C'est sympa de pouvoir le jouer chez lui en quart d'un Masters series. Ce qui est sympa c'est qu'il n'est pas trop fatigué (rire). J'imagine qu'il y a beaucoup de gens qui vont dire: "Il va se faire massacrer". Mais bon... Il y a plus de chances que j'en prenne une bonne, mais j'ai envie de voir ce qu'il a à me proposer. Ca va être très dur. J'ai un jeu complètement différent des autres. Certes, il va falloir que je serve très bien si je veux le faire ch... Mais voilà, pourquoi pas. Je ne vais pas arriver sur le terrain en me disant: "Je vais me faire découper". je vais jouer mon match à fond et après on verra. C'est lui le cador. Je suis excité de jouer ce match là. Ca va être du Riton (Henri Leconte, Ndlr), à l'abordage. Aujourd'hui, j'ai fait service-volée 90% du temps, demain ça sera pareil. Je vais essayer de faire ce que j'aime proposer. Je ne vais pas changer mon style de jeu parce que je joue Nadal."