Michael Llodra volée coup droit Bercy 2010
Michael Llodra | AFP - Jacques Demarthon

Llodra: "Il est allé chercher le match"

Publié le , modifié le

Michaël Llodra s'est dit "déçu mais pas abattu" après avoir laissé passer trois balles de match en demi-finale du Masters 1000 de Paris-Bercy face à Robin Soderling (6-7, 7-5, 7-6), préférant insister sur la confiance emmagasinée en vue de la finale de Coupe Davis dans trois semaines.

Le match
"C’était intense. Sur les trois balles de match, il frappe à chaque fois une première balle. Il est allé chercher le match. Certes j’ai un passing de coup droit qui tape la bande mais il n’est pas si facile. Ca faisait trois heures qu’on jouait. Sur le point suivant, il a une volée dure en extension. Il l’a touche un peu avec le bois, un peu avec le tamis. En fin de deuxième manche, c’est un peu dur physiquement. J’ai un trou de cinq jeux qui me coûte cher. J’ai puisé pas mal dans mes réserves depuis le début du tournoi. Mais malgré tout, je tenais bien mes jeux de service. La déception est d’autant plus grande".

La déception
"Je suis très déçu. Il y a beaucoup de regrets, forcément. J’ai la grosse boule au ventre. C’est évident. Mais c’était ma première demi-finale ici et j’aurais signé pour une telle semaine dimanche dernier. J’ai quand même battu des joueurs comme Isner, Djokovic ou Davydenko. J'ai réussi à battre trois Top 20 de suite, ce qui ne m'était encore jamais arrivé, et je n'étais pas loin de battre le quatrième. C'est ce que je préfère retenir".

La satisfaction
"Aujourd’hui, j’ai encore bien joué mais je peux encore mieux faire. J’ai bien servi, bien volleyé. En fait, c’était dans la lignée des autres matches. Je suis déçu mais pas abattu. J’étais 70e mondial en début d’année. Je n’avais joué un troisième tour en Masters 1000 et j’arrive en demi-finale. Je n’avais jamais gagné un tournoi en France et je gagne à Marseille. Je vais finir l'année aux alentours de la 25e place. C'est une belle saison avec peut-être dans quelques semaines le plus gros trophée de ma vie".

Soderling
"Il a pris une nouvelle dimension. Il ne craque plus comme avant. J’ai joué exactement le même match contre lui à Rotterdam mais il avait laissé filer après avoir perdu le tie break du premier set (7-6, 6-2). Avant, il aurait probablement craqué quand je remporte le jeu décisif 7 points à 0. Cette fois il a tenu".

Le public
"J’ai ressenti une vraie communion avec le public. J’avais la chair de poule quand tout le monde criait « Micka, Micka » ! J’ai vécu des émotions intenses aujourd’hui".

La Coupe Davis
"Je vais arriver en confiance. Je vais tâcher de bien récupérer. Je pars quelques jours en vacances avec ma femme. Ensuite, je reprends l’exercice mercredi et je joue samedi avec mon club de la Villa Primrose à Bordeaux. Après, on aura un petit stage de régénération à Saint-Cyprien (du 22 au 27 novembre). Après, il faudra voir ce que donne la surface, c'est important. On en saura un peu plus lors du stage. Le tennis français se porte bien, avec Gaël (Monfils) aussi. C'est bien à trois semaines de la Coupe Davis. Moi j'ai montré que j'étais capable d'aligner de très bons matches. On est plusieurs à postuler, on va tous se tirer la bourre, dans le bon sens du terme. Le principal est que l'équipe de France gagne. Honnêtement, si je ne joue pas la rencontre mais que j'ai la coupe à la maison, je serai content quand-même."