Michael Llodra volée Bercy 2010
Michael Llodra | AFP - Jacques Demarthon

Llodra déboule en quarts

Publié le , modifié le

Michael Llodra a réalisé l’exploit du jour en sortant la tête de série numéro 2, Novak Djokovic, au terme d’un match rondement mené (7-6(6), 6-2 en 1h32). Le Français affrontera le Russe Nikolay Davydenko (N .10), qui a stoppé Tomas Berdych (N.5), qui avait jusqu'alors faitt bonne impression, en trois sets 4-6, 7-6 (7/5), 6-0

https://sport.francetv.fr/resultats/tennis/

"Ah oui elle est belle cette victoire. Si on me l'avait dit ce matin... J'habite à un quart d'heure. Alors battre le N.3 mondial comme ça chez moi c'est fantastique", a commenté Llodra après avoir atteint le premier quart de sa carrière en Masters 1000, la catégorie de tournois venant juste après ceux du Grand Chelem. D’humeur badine et désirant célébré -avec un peu de retard- Halloween, Novak Djokovic est arrivé sur le court affublé d’une paire de lunette et d’une fausse moustache. Une facétie qui a bien fait rire Michael Llodra, expert en la matière. Pas très longtemps toutefois, le Français affichant d’emblée de nettes velléités offensives. Sachant qu’il ne battrait pas Djokovic en fond de court sur la durée du match, Llodra misait sur la filière courte, avec bonheur.

Le premier set fût acharné entre le serveur volleyeur et l’attaquant de fond de court. A trois reprises, Djokovic poussa Llodra à servir à 40-A. A chaque fois, le Parisien s’en sortait grâce à sa première balle. Plus tranquille sur ses engagements, le Serbe arrachait un jeu décisif. Le « Djoker » réalisait le premier mini-break sur un passing de revers qui laissait Llodra impuissant. Il se détachait (5-2) et se procurait même deux balles de set à 6-4. Le Français sauvait la première sur un revers gagnant splendide. Un service-volée parfait annihilait la seconde. Mais Llodra ne s’arrêtait pas là et il s’offrait la manche deux points plus tard sur un magnifique retour gagnant.

Impérial au service

Djokovic attaquait bille en tête le deuxième acte mais c’est Llodra qui se procurait deux occasions de ravir l’engagement adverse en profitant des erreurs du Serbe. Un smash raté offrait le 15-40 à Llodra qui convertissait sa deuxième balle de break en profitant d’une grossière double-faute de son rival. Le pilier de l’équipe de France de Coupe Davis –cette saison- confirmait derrière (3-1). A 3-2, Djokovic s’offrait trois balles de break (0-40) : Llodra sauvait la première sur un bon enchaînement service-volée. La deuxième sur un service gagnant. La troisième sur un deuxième service qui ressemblait plus à une grosse première. Deux points plus tard, il menait 4-2. Et se procurait une balle de 5-2 (30-40). Que Djokovic lui offrait sur un plateau en sortant –avec l’aide de la bande- un coup droit pas franc. En un peu plus d’une heure et demie, le Parisien triomphait devant son public sur un ultime service gagnant (7-6(8-6), 6-2).

La clef du match ? Llodra avait tout simplement trop bien servi (90% de points gagnés sur sa première balle contre 76% à Djokovic, 6 aces à 4). Il avait également fait davantage de coups gagnants (27 contre 21) pour aussi peu de fautes (21 chacun). Son envie offensive et son tennis d'attaque (30 montées converties sur 46 au filet, 8/14 pour le Serbe) avaient la différence, le Slave n'ayant jamais pu s'emparer de l'engagement adverse en trois occasions. Il était passé à côté de sa partie. Dommage simplement que ce succès ne compte pas pour la finale de la Coupe Davis...

Djokovic beau joueur

"Je dois le féliciter, lui, vraiment", a admis Novak Djokovic en conférence de presse. "Il a joué le match parfait. Je ne pense pas avoir mal joué, j'ai même bien retourné pendant le premier set mais chaque fois que j'ai eu besoin d'un service important il a sorti un service magistral sur tous les points importants. Il méritait de gagner", a dit le Serbe qui a tenu à modérer la portée de ce résultat sur la finale de la Coupe Davis: "Ici, c'est le court le plus rapide que je n'ai jamais connu. C'est le plus rapide au monde si l'on excepte le gazon. Ca convient bien sûr à Llodra mais à Belgrade, c'est nous qui allons choisir la surface (rires)".

"C'est mon premier quart de finale dans un Masters 1000 et si j'avais du en choisir un pour y arriver, cela aurait été celui-là. Mais je n'ai pas l'intention de m'arrêter là", a dit de son côté le héros du jour en conférence de presse. Qu'on se le dise, Michael Llodra est lancé. Et il n'a pas l'intention d'en rester là.

Il va se mesurer en quarts de finale au Russe Davydenko, vainqueur ici même en 2006, qui s'est sorti d'un match bizarre face à Tomas Berdych. Le Tchèque avait fait le plus dur en s(adjugeant la première manche 6-4, et fut bien près de conclure sur le set suivant (5-5), avant de se faire reprendre et finalement déborder au tie-break. Berdych fut alors complètement effondré et sortit du match sans plus parvenir à marquer le moindre jeu. Devydenko déroula dans le 3 set qu'il emporta aisément 6 jeux à rien.