Novak Djokovic
Novak Djokovic | MIGUEL MEDINA / AFP

L'impossible défi de Djokovic

Publié le , modifié le

Auteur d'une fin de saison en boulet de canon (invaincu depuis la finale à l'US Open), Novak Djokovic peut encore finir N.1 mondial à la fin de cette saison. Pour cela, il doit d'abord tout gagner, que ce soit au Masters de Londres et en finale de Coupe Davis contre les Tchèques. Mais il doit en plus espérer que Rafael Nadal, l'actuel détenteur du trône, ne gagne pas deux matches à Londres. Une mission impossible.

Vingt-quatre victoires pour une défaite. Voilà le bilan de Novak Djokovic depuis le début de l'US Open. A l'aube du Masters de Londres, l'ancien N.1 mondial n'a mordu la poussière qu'une fois, lors de la finale à Flushing Meadows contre Rafael Nadal. Depuis, il reste sur des sacres à Pékin, Shanghaï et Bercy, plus deux victoires en simple en demi-finale de Coupe Davis contre le Canada. Engagé dans un sprint final infernal, il peut encore lorgner sur la place de N.1 mondial, dont l'a dépossédé l'Espagnol à Pékin. Mais il ne doit pas perdre un seul match, que ce soit à Londres pour le Masters, et à Belgrade en finale de la Coupe Davis contre la République tchèque, avec en plus la victoire collective au bout (pour arracher un bonus). Et tout cela ne servirait à rien si Rafael Nadal venait à remporter deux victoires la semaine prochaine à Londres. Et c'est bien cela qui pourrait faire pencher la balance dans le mauvais sens.

Sortir 1er et invaincu de son groupe au Masters ? Difficile​

Placé dans le groupe B avec Roger Federer (qu'il vient de battre en trois manches à Bercy), Juan Martin Del Potro (qu'il a battu en finale en trois manches à Shanghaï), et Richard Gasquet (qui ne l'a battu qu'une fois en dix matches), Novak Djokovic n'a pas la partie facile à Londres. Il a l'avantage de la dynamique (17 victoires de rang), de la confiance et de la motivation. Car il est le dernier à avoir encore deux objectifs en cette fin de saison: conserver son titre au Masters et reprendre la Coupe Davis à la République tchèque, à Belgrade. Si le Suisse reverdit mais va enchaîner une troisième semaine de compétition de suite (lui qui a souvent joué blessé), si l'Argentin a été touché physiquement à Bercy, et que le Français ne semble pas de taille pour le dominer, le Serbe ne pourra pas se permettre la moindre baisse de régime. 

Remporter le Masters ? Possible

Tenant du titre, déjà vainqueur en 2008 et finaliste en 2010, Novak Djokovic sait le chemin qui mène à la victoire dans le tournoi des Maîtres. Et comme il le fait depuis trois saisons, le Serbe n'est pas engagé dans un marathon de tournois. Cette saison, il a pris part à 15 tournois. Un de moins que Rafael Nadal et que Roger Federer (16), trois de moins que Juan Martin Del Potro (18) et surtout sept de moins que Tomas Berdych et Stanislas Wawrinka (22), et huit de moins que David Ferrer et Richard Gasquet (23). A la différence de tant d'autres, il n'a pas connu de blessures et se trouve donc encore en forme.

Rafael Nadal bloqué à une victoire ou moins à Londres ? Improbable

Revenu de sept mois d'absence pour son genou, Rafael Nadal a réalisé une énorme saison. Sur ses 16 tournois, il a atteint à 13 reprises la finale (pour dix victoires). Mais comme à son habitude, il termine l'année fatigué, et la surface rapide en indoor n'est pas celle qui avantage le plus son jeu. C'est notamment pour cela qu'il n'a jamais remporté le Masters dans sa carrière. Au mieux, il a atteint la finale en 2010. Mais dans un groupe avec David Ferrer, Tomas Berdych et Stanislas Wawrinka, il paraît étonnant qu'il n'atteigne pas les deux victoires. Surtout que sa défaite en demi-finale contre Ferrer à Bercy a piqué son esprit de champion. Dans les face à face, le N.1 mondial mène 20-5 contre son compatriote, 16-3 contre le Tchèque (qui ne l'a plus battu depuis 2006), et 11-0 contre le Suisse. En remportant deux matches à Londres, Nadal restera le N.1 mondial jusqu'au début de la saison prochaine, et privera Djokovic de cet honneur. 

Remporter ses deux simples et la finale de la Coupe Davis ? Probable

Chez lui, devant ses supporteurs, pour les derniers matches de la saison, Novak Djokovic sera motivé comme jamais. Les Français ont payé pour savoir que la chaleur du public de Belgrade pouvait transcender les Serbes en finale. Après 2010, l'ancien N.1 mondial veut soulever le Saladier d'Argent à domicile devant ses fans. Et il possède un énorme avantage sur les deux joueurs de simple tchèques, Berdych (14-2 mais le tchèque l'a battu à Rome cette année) et Stepanek (8-1). Tenants du titre, les Tchèques ont en plus l'inconvénient de disputer simples et double, dans l'ultime week-end de compétition de la saison 2013.