Roger Federer
La rage de Roger Federer | AFP - FABRICE COFFRINI

Le roi Federer n'abdique pas

Publié le , modifié le

Roger Federer s'est dépouillé pour arracher sa place en demi-finale du Masters au terme d'un match homérique face à Juan Martin Del Potro (4-6, 7-6, 7-5). Le Suisse, qui décroche sa 11e place dans le dernier carré en 12 participations, retrouvera Rafael Nadal pour un nouveau classique.

L'enjeu de ce match était simple : le vainqueur affrontait Nadal en demi-finale, le vaincu était en vacances. Roger Federer a plusieurs fois failli sortir la chaise longue mais l'heure n'a pas encore sonné pour le Suisse. A l'orgueil, il a su forcer la décision d'un match qui a semblé lui échapper souvent pour signer un 15e succès en 20 matchs contre Juan Martin Del Potro. 

Traditionnellement ponctuel, le "Fed Express" avait un sacré retard pour son rendez-vous avec Del Potro. Auteur d'un début de match totalement léthargique, le Suisse cumulait rapidement huit fautes directes et se retrouvait mené 5-1 en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire. Le réveil était toutefois brillant, puisqu'il ne commettait plus qu'une erreur non provoquée, mais trop tardif : ayant recollé à 5-4, Federer se procurait même deux balles de 5-5 sur le service de l'Argentin mais ce dernier parvenait à forcer la décision et la première manche (6-4). 

Federer retrouve sa magie

Inconstant mais batailleur, Federer s'appuyait sur une première balle solide et sur les déplacements très aléatoires de Del Potro, dont les grands segments payaient visiblement cette fin de saison éreintante. Alors que "la Tour de Tandil" avait fait le break d'entrée de set, trois grossières fautes remettaient le Suisse sur les rails. Les deux joueurs n'évoluant rarement à leur meilleur niveau de concert, les couacs se multipliaient mais Federer retrouvait subitement son tempo durant un jeu décisif qu'il survolait de toute sa classe (7 points à 2).

La dernière manche, alors que les deux hommes étaient clairement à bout de souffle se révélait paradoxalement la plus belle. Aucun de ces deux monstres ne voulait céder. Si l'Argentin prenait les devants, le Suisse s'accrochait avec l'énergie du désespoir et, soutenu par tout un stade acquis à sa cause, il parvenait à recoller au score. A 5-5, un dernier coup de collier lui offrait l'engagement de JMDP sur un plateau et, en dépit d'une ultime frayeur sous la forme d'une dernière balle de debreak, il se projetait vers Nadal sur un dernier ace. Cela valait le coup de se faire mal !

Déclarations : 

Roger Federer : "Quand je me suis retrouvé avec un break de retard au troisième set,  j'étais surtout en colère. Je m'étais battu tout le match et voilà que c'était  de nouveau mal parti. Mais j'ai su rester relativement calme. Les dernières  semaines, où j'ai connu beaucoup de hauts et de bas dans mes matches, m'ont  aidé à ne pas trop m'inquiéter. Je me suis dit: ce n'est qu'un break. J'ai  réussi un très bon finish. Je suis très content que ça marche de nouveau bien  pour moi en cette fin de saison. Maintenant je vois la lumière au bout du  tunnel. Encore deux matches maximum et c'est les vacances. Contre "Rafa"  (Nadal) je pense que j'aurai moins de pression que lors de nos matches  précédents. Je suis clairement l'outsider vu les circonstances, vu mon année et  vu son année à lui. J'espère que ça marchera pour moi, sinon il méritera la  finale, il a fait une saison tellement formidable. Le but est de gagner chaque  tournoi mais j'ai appris à être réaliste ces derniers mois."

Julien Lamotte