David Ferrer
David Ferrer | LIONEL BONAVENTURE / AFP

Le brelan des prétendants

Publié le , modifié le

Comme Tomas Berdych (N.5) très tard hier soir et avant probablement Juan Martin Del Potro (N.7) en début de soirée, David Ferrer (N.4) a validé son ticket pour les huitièmes de finales du BNP Paribas Masters (en sortant son compatriote Marcel Granollers 6-1, 6-3). Le Tchèque, l’Espagnol et l’Argentin font partie, au même titre que Jo-Wilfried Tsonga, des outsiders aux dents longues derrière la bande des quatre.

Ils n’ont pas le même âge ni la même nationalité. Ils n’ont pas non plus le même jeu ou le même look. Mais ce qui caractérise David Ferrer, Tomas Berdych et Juan Martin Del Potro, respectivement numéro 5, 6 et 8 dans la hiérarchie mondiale, c’est leur mental en acier trempé et leur potentiel.

Del Potro, le plus proche du Big Four

Ferrer, Berdych et « Delpo » ont déjà prouvé qu’il fallait compter sur eux. Dans les tournois classiques mais aussi lors des grands rendez-vous lorsque qu’il convient de se hisser ponctuellement au niveau du Big Four. Alors, quand deux membres éminents du Top 4 sont absents de l’étape automnale parisienne, la voie semble davantage dégagée pour nos trois challengers du circuit. Sans Nadal et Federer, une place dans le dernier carré devient tout de suite plus facile à obtenir. Et après, tout est possible.

David, Tomas et Juan Martin effectuent tous trois une très belle carrière même s’ils restent dans l’ombre des ténors pour le grand public. Ils diffèrent cependant par leur personnalité, leur charisme et leur palmarès. Des trois, le Sud-Américain est ainsi le seul à pouvoir s’enorgueillir de détenir un titre du Grand Chelem, l’US Open (en 2009 dans une finale splendide contre Roger Federer). Il est pourtant le plus mal classé des trois et il est sans doute le plus fragile. Ses blessures de 2010 et 2011 l’ont sans doute privé d’une progression plus importante au classement ATP. Dans un bon jour, Del Potro (24 ans) est capable de battre n’importe qui, son service et son coup droit surpuissant "dézinguant" tout ce qui bouge. Il est grimpé jusqu’au 4e rang ATP en 2010 et compte 13 titres en simple sur le circuit.

Berdych, un plus gros potentiel que Ferrer

Tomas Berdych possède des caractéristiques similaires à l’Argentin. Très grand (1,96 m), le Tchèque frappe très fort des deux côtés et il a déjà réalisé quelques performances de choix comme atteindre la finale de Wimbledon 2010 (perdue contre Rafael Nadal) après avoir éliminé Federer. Vainqueur du Masters 1000 de Paris en 2005 (à seulement 20 ans), il ne lui manque pas grand-chose pour s’offrir un Majeur. Il compte 16 finales sur le circuit (pour 8 succès) et des demi-finales à Roland-Garros et New-York. Il est déjà monté au 4e rang mondial. Gravir la dernière marche sera compliqué mais pas impossible.

David Ferrer, enfin, est le plus âgé des trois (30 ans). Le Valencian peut se vanter d’avoir disputé 16 finales (pour 17 sacres). Quatrième joueur mondial en 2008, finaliste du Masters en 2007, il n’a cependant jamais disputé de grande finale. « La mobylette » a néanmoins atteint le dernier carré dans trois des quatre tournois du Grand Chelem et il est allé jusqu’en quart de finale cette année sur le gazon de Wimbledon, sa moins bonne surface. Digne de ses glorieux aînés Sergi Bruguera, Carlos Moya ou Albert Costa, il n’aura malheureusement jamais la chance de conclure au plus haut niveau (comme Alex Corretja). Vous voulez parier ?