World Cup
Brisbane, Perth et Sydney sont prêtes à accueillir la compétition. | SAEED KHAN / AFP

L'ATP grille la priorité à l'ITF en relançant la World Team Cup

Publié le , modifié le

La Coupe du monde de tennis va revoir le jour dès janvier 2020. 24 équipes s'affronteront sur différents sites déjà opérationnels pour préparer la saison. Derrière cette compétition se cache un duel entre l'ATP et la fédération internationale de tennis.

La guerre froide entre ITF (Internation Tennis Federation) et ATP (association des joueurs de tennis professionnels) n'est pas prêt de s'interrompre. Hier, l'ATP a validé le retour de la World Team Cup : 24 équipes, une première édition en Australie, 15 millions de dollars à glaner et des points au classement mondial. Après 25 ans d'existence, la compétition avait disparu en 2012. Conséquence, la Hopman Cup - une compétition mixte se déroulait fin décembre - devrait être rayée du calendrier ITF, même si le président de l'ATP Chris Kermode a assuré qu'aucun grand bouleversement n'aura lieu : "Cet événement majeur donnera le coup d'envoi de la saison avec un minimum de répercussions sur le calendrier en étant organisé en tout début d'année."

"Le retour de la World Team Cup ne changera rien à notre nouvelle formule de Coupe Davis"

La réforme de la Coupe Davis en danger?

Avec cette décision, les joueurs ont clairement choisi leur camp : ils ont adopté cette compétition à l'unanimité, les directeurs de tournoi l'ont voté à 70%. Dans cette configuration, la réforme de la Coupe Davis menée par Gérard Piqué et son groupe Kosmos a du plomb dans l'aile. Le joueur du FC Barcelone, éliminé hier de la Coupe du monde, avait proposé d'investir 3 milliards de dollars sur 25 ans pour "moderniser" la Coupe Davis. Certains points de la réforme risquent de ne pas voir le jour. Les chances de voir des points ATP accordés à la Coupe Davis s'amenuisent. Aussi, la ferveur des joueurs autour de la World Cup donne des indices sur leur motivation à participer à la nouvelle formule de Kosmos. Les opposants à la réforme, comme Lucas Pouille, Guy Forget ou Yannick Noah, peuvent dire merci à l'ATP, même si la bataille ne fait que commencer. 

Benjamin Badache Ben_Badache