Federer
Roger Federer | MIGUEL MEDINA / AFP

La 800e victoire de Federer

Publié le , modifié le

Roger Federer vient de signer sa 800e victoire sur le circuit ATP, et pour la deuxième année consécutive, le Suisse se retrouve en demi-finale du Masters 1000 de Bercy. Une victoire logique face à l’Argentin Juan Monaco (6-4, 7-5) permet à l’ancien N.1 mondial d’aborder sereinement son prochain duel qui l’opposera au Tchèque Tomas Berdych.

Après avoir souvent boudé ce tournoi parisien, Roger Federer y a visiblement trouvé son compte depuis peu. Demi-finaliste l’an passé (battu par Gaël Monfils), le Suisse a abordé ce tournoi avec le statut de grand favori, au même titre que Jo-Wilfried Tsonga. Voir les deux hommes se retrouver ne serait donc pas vraiment une grosse surprise, mais pour cela, le meilleur joueur de tous les temps devait d’abord se débarrasser de Juan Monaco.

Théoriquement à sa portée, l’Argentin ne se privait pourtant pas pour creuser le premier l’écart, et mener 3-1 sur un jeu blanc assorti d’un ace. Le ton était donc donné dans ce deuxième quart de finale qui n’allait peut-être pas se dérouler de la manière la plus logique qui soit. Mais c’était mal connaître Roger Federer. Il ne fallait pas plus de deux occasions pour voir le Suisse reprendre le dessus, et renverser la tendance. Et si son service n’avait pas le même rendement que d’habitude, le maître savait se rattraper sur d’autres points, avec par exemple une présente plus importante au filet, histoire d’oppresser son adversaire plus à l’aise sur une surface plus lente. Federer remportait finalement ce premier set 6-3.

Sur les talons d'Edberg

Face à un adversaire qu’il avait déjà battu à trois reprises dont deux fois cette année à l’US Open et Miami, l’ancien N.1 mondial n’avait pas trop de difficulté pour trouver la faille. Tombeur de Mardy Fish et de Gilles Simon lors des tours précédents, Juan Monaco avait déjà réalisé un beau parcours à Bercy. Quant à Monaco, le joueur argentin a toujours du mal à dépasser le stade des quarts de finale cette année (à l’exception d’une finale à Valence). Depuis sa meilleure année en 2007 et ses trois seuls titres obtenus, le joueur de 27 ans peine à se faire une place dans le Top 20. Il demeure néanmoins un très coriace adversaire, surtout lorsqu’il est sous pression et a tenu la dragée haute au Suisse jusqu’à 5-5. Mais face à un jeu tout en toucher de Federer au filet, un jeu de fond de court est rarement suffisant. Et ce n’est pas un smash en plein dans le filet qui prouvera le contraire… Après 1h25 de match, l’actuel 4e joueur mondial s’imposait en deux sets 6-4, 7-5.

Federer et ses trous de mémoire...

Grâce à ce succès, Federer soigne un peu plus son palmarès et devient le septième joueur à atteindre les 800 victoires sur le circuit professionnel. Si le Suisse se rapproche des 806 succès de Stefan Edberg, il lui reste encore un peu de chemin avant de battre le record absolu de Jimmy Connors qui semble indétrônable avec 1242 succès. "C’est quelque chose de spécial, cela fait beaucoup de matches ! Mais je sais aussi que d’autres joueurs l’on fait", a déclaré le Suisse. "Je crois me souvenir que mon premier match était contre Guillaume Raoux, à Toulouse, et j’avais profité du fait qu’il revenait tout juste de la Coupe Davis et d’un tour de la France contre Israël pour gagner. Mais je en me rappelle pas de tous mes matches. J'avais par exemple joué deux fois Gilles Müller et j'avais soutenu en conférence de presse que je ne connaissais pas son jeu car je pensais ne l'avoir jamais croisé sur le circuit...", a raconté Federer qui a fait rire l'ensemble des journalistes présents. Interrogé sur la possibilité de dépasser Stefan Edberg dès cette année, à condition de gagner à Bercy et enchaîner au Masters, Roger Federer y est allé de sa petite touche d’humour. "Je ne me suis pas dit cela, cela n’est pas dans mon esprit, mais j’espère que je suis encore capable de gagner encore six matches dans ma carrière ! Si je ne remporte pas les six prochains matches, je passerais quand même de bonnes vacances", a-t-il affirmé avec le sourire.

Romain Bonte