Jo-Wilfried Tsonga
Jo-Wilfried Tsonga fait son retour à quelques semaines de la finale de la Coupe Davis. | Anatoly Maltsev / Max PPP

Jo-Wilfried Tsonga en finale à Anvers contre Schwartzmann

Publié le , modifié le

Tête de série N.2 du tournoi d'Anvers, Jo-Wilfried Tsonga n'a éprouvé aucune difficulté pour se qualifier pour la finale. En demi-finale, il a en effet disposé aisément du Belge Ruben Bemelmans (98e mondial) 6-3, 6-3. Pour son tournoi de retour, le Français a donc marqué son territoire à un mois de la finale de Coupe Davis entre la France et la Belgique, même si cet adversaire ne devrait pas être aligné en simple. Pour conquérir son 4e titre de la saison, Tsonga devra battre Diego Schwartzmann (24e mondial et tête de série N.4), vainqueur deu Grec Tsiptsipas 6-3, 7-5 alors que celui-ci avait fait tomber Goffin.

Après Rotterdam, Marseille et Lyon, Jo-Wilfried Tsonga décrochera-t-il sont 4e titre de la saison à Anvers ? La réponse, ce sera pour dimanche. Mais le Manceau a fait ce qu'il faut, jusque-là, pour y parvenir. Dans son tournoi de reprise, après sa blessure au genou, il s'est qualifié pour la finale sans perdre le moindre set. Après ses compatriotes De Schepper et Benneteau, le Belge Ruben Bemelmans a fait les frais d'une défaite en deux manches. A peine 1h15 de jeu pour s'imposer 6-3, 6-3, en ayant sauvé deux balles de break sur les trois obtenues par son adversaire tout en transformant chacune des quatre occasions de prendre le service du Belge, Tsonga a livré un match solide. Cinq mois après sa dernière finale, à Lyon juste avant Roland-Garros, le N.1 français retrouve des couleurs.

Si chaque match entre un Français et un Belge est désormais scruté en vue de la finale de la Coupe Davis (24-26 novembre à Lille), cet affrontement ne devrait pas servir à grand-chose. Car Bemelmans, théoriquement, ne sera aligné qu'en double, les deux places de simple étant pour David Goffin, le N.1 belge, et Steve Darcis. Mais ce dernier a annoncé aujourd'hui prendre quinze jours de repos pour soigner un coude douloureux. Or, en tennis, le tennis-elbow est un mal souvent difficile à soigner....

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze