Jerzy Janowicz
Le Polonais Jerzy Janowicz | AFP - LIONEL BONAVENTURE

Janowicz: "Le meilleur tennis de ma vie"

Publié le , modifié le

En battant coup sur coup le 15e, le 3e et le 9e mondial, Jerzy Janowicz est sur son nuage à Bercy: "Aux deuxième et troisième sets, j'ai joué le meilleur tennis de ma vie. En fait, je ne savais pas que je pouvais jouer aussi bien", disait-il après son succès sur Janko Tipsarevic. Des exploits qui peuvent tout changer: "Je n'ai pas pu aller à l'Open d'Australie parce que je n'avais pas assez d'argent. J'espère qu'après cette semaine, ma vie va changer un peu."

- Vous avez battu quelques-uns des meilleurs joueurs du monde...
Jerzy Janowicz:
"Aujourd'hui, au deuxième et troisième sets, j'ai joué le meilleur tennis de ma vie. En fait, je ne savais pas que je pouvais jouer aussi bien. Le premier set, j'étais un petit peu anxieux. J'ai commencé un petit peu à froid. Mais après ce premier set, je me suis détendu et il s'est passé quelque chose de magique. J'ai joué avec l'impression que je pouvais mettre toutes les balles dans le court, et je suis en demi-finale.  Ce n'est vraiment pas facile pour moi de prendre conscience de ce qu'il se passe dans ma vie en ce moment."

- Avant l'interruption médicale pour Janko Tipsarevic, aviez-vous remarqué que quelque chose n'allait pas ?
J.J.:
"Dans le deuxième et troisième set, je jouais très bien et je ne m'étais pas rendu compte qu'il avait quelque chose. Il jouait le même tennis qu'au premier set, c'est simplement moi qui avais commencé à jouer un peu mieux. Peut-être qu'il avait des vertiges ou mal à la tête, je ne sais pas, en tout cas, moi, sur le court, je me suis senti incroyablement bien et j'avais l'impression de faire tout ce que je voulais."

- Demain,  vous allez affronter Gilles Simon dans une ambiance qui sera forcément différente. Vous vous y préparez ?
J.J.:
"Demain, je vais jouer contre un joueur français, mais mentalement je suis solide. Je me rappelle de mon match contre Murray en Grande-Bretagne pendant la Coupe Davis il y a trois ans. Tout le public était contre moi, plus de 5000 personnes. Et en fait, cela m'était égal. Je me concentrais sur mon jeu, alors j'espère pouvoir faire la même chose demain."

- Que signifie pour vous d'être en demi-finale à Bercy ?
J.J.:
"Etre en demi-finale, c'est incroyable pour moi et ma famille qui pleurait après le match d'hier, après celui d'aujourd'hui aussi. C'est une semaine incroyable pour toute ma famille. Peut-être que grâce à cette victoire, je vais pouvoir obtenir un plus grand sponsor. Parce qu'au début de l'année, j'ai eu beaucoup de mal, et l'année dernière aussi. Je n'ai pas pu aller cette année à l'Open d'Australie parce que je n'avais pas assez d'argent. J'espère qu'après cette semaine, ma vie va changer un petit peu. Elle a déjà changé je dois dire. Mais comme cela, je n'aurais pas à me préoccuper de l'argent pendant l'année qui vient."