Lleyton Hewitt - Roland-Garros 2010
Lleyton Hewitt - Roland-Garros 2010 | AFP - BORIS HORVAT

Hewitt conjure le sort

Publié le , modifié le

Face à Roger Federer, Lleyton Hewitt a retrouvé le chemin de la victoire en s'imposant au tournoi de Halle 3-6, 7-6 (7/4), 6-4. Il remporte ainsi le 28e trophée de sa carrière et met un terme à une série de 15 défaites consécutives face au Suisse. Le Bâlois, qui avait pourtant le match en main, marque une nouvelle fois le pas après sa finale perdue à Madrid.

Federer cale encore

Pour la première fois depuis sa création en 1993 le tournoi de Halle opposait en finale deux vainqueurs de Wimbledon. Un affrontement de classe mondiale en guise de pied de nez au tournoi du Queen's, réputé plus prestigieux, qui s'achève par un fade Fish-Querrey. Invaincu depuis 2002 lors du tournoi sur le gazon allemand, affichant un bilan incroyable de 76 victoires en 77 matches sur cette surface depuis 2003, vainqueur de ses quinze derniers matchs contre Lleyton Hewitt, le Suisse était grandissime favori de sa sixième finale à Halle.
Pourtant, il a une nouvelle fois cédé dans le money-time, sérieusement bousculé par un Australien qui, de son côté, avait de sérieux arguments à faire valoir. Vainqueur de 97 matchs sur gazon au cours de sa carrière (pour 23 défaites), le natif d'Adélaïde affiche une des plus belles cartes de visite du circuit sur cette surface.
Sa série de défaites face à Roger Federer, débutée en 2002, en était presque devenu une blague sur le circuit. A croire que l'Aussie était condamné à jouer les paillassons pour le N.2 mondial. Ce dimanche, à Halle, l'ancien numéro 1 mondial a enfin conjuré le sort en s'imposant en trois manches  : 3-6, 7-6 (7/4), 6-4.

C'était pourtant le Suisse qui prenait le meilleur départ. S'appuyant sur un coup droit très performant, comme souvent en finale, "Rodgeur" parvenait à mettre son adversaire hors de portée. Mis sous pression d'entrée, l'Aussie sauvait cependant deux balles de break pour ne pas hypothéquer ses chances. Le répit fut de courte durée. Constamment menacé sur sa mise en jeu, l'Australien cédait finalement son engagement à 2-3. Quelques minutes plus tard, Hewitt, qui accédait à sa première finale depuis le tournoi de Houston l'an passé offrait finalement la première manche 6-3, en 39 minutes.

Mais l'ancien numéro un mondial n'allait pas abdiquer. Faisant appel à son "figthing spirit", il parvenait à ravir le service du Bâlois pour rapidement mener 2-0. Trop beau pour être vrai : comme souvent lorsqu'il se fait surprendre, le Suisse serait le jeu pour recoller au score.
Le match se maintenait jusqu'à quatre jeux partout. Mené 0-40 sur sa mise en jeu, l'Australien sauva finalement 4 balles de break pour se maintenir en tête du set. Le tournant du match. Plus agressif que son adversaire dans le jeu décisif, Hewitt s'imposait finalement 7-6 (7/4), en 54 minutes.

La troisième manche tourna rapidement à l'avantage de l'Australien. Prenant le service du Suisse d'emblée, le numéro 32 mondial déroulait jusqu'à la fin du match, s'octroyant même plusieurs balles de double break. Au finale, il l'emporte 6-4 dans la troisième manche et décroche son premier succès de la saison.

Après Robin Söderling à Roland-Garros, c'est une autre série de victoires qui s'arrête pour le Suisse. On avait peur que la perte de sa première place mondiale, et la quasi-impossibilité à la récupérer avant la fin de l'année, sape sérieusement le moral de Roger Federer. Cette crainte a été confirmée dimanche. Comme face à Marcos Baghdatis à Indian Wells ou Tomas Berdych à Miami, le Suisse s'incline après avoir eut le match en main. S'il est apparu à l'aise sur gazon, Federer n'a pas pour autant retrouvé le chemin de la victoire. A une semaine de Wimbledon, son attitude sur le court laisse à désirer. Gageons que sa motivation sera à son maximum pour décrocher une septième couronne dans le Grand Chelem londonien.