Richard Gasquet
Richard Gasquet exécute un coup droit | KARIM SAHIB / AFP

Gasquet s'offre déjà une finale

Publié le , modifié le

Cette saison débute bien pour Richard Gasquet qui s'est qualifié pour la finale du tournoi de Doha. Le Français qui a bénéficié d'un tableau dégagé a dominé en demi-finale l'Allemand Daniel Brands en deux manches 7-5, 7-5. Il retrouvera en finale le Russe Nikolay Davydenko, vainqueur surprise de l'Espagnol David Ferrer 6-2, 6-3 après seulement 1h04 de match.

La saison passée, le Biterrois avait atteint par trois fois une finale, remportant un seul titre à Bangkok et échouant sur la dernière marche à Estoril et à l'Open du Canada. Profitant d'un parcours largement à sa portée, le joueur de 26 ans avait éliminé au tour précédent le Slovaque Lukas Lacko sans forcer (6-1, 6-1). Cette fois, il était opposé à un joueur issu des qualifications qui lui a posé un peu plus de problèmes notamment sur l'engagement avec pas moins de 10 aces (contre six). "Interrogé par le speaker officiel du tournoi, Gasquet semblait relativement content de son tennis. "Je ne voulais pas m'entraîner dans un troisième set et je suis donc satisfait", a-t-il indiqué, avant de remercier les nombreux spectateurs français venus l'encourager.

Une finale équilibrée

Alors qu'il se préparait certainement à retrouver en finale David Ferrer, Gasquet jouera finalement Nikolay Davydenko. L'ancien N.3 mondial (en 2005) désormais relégué à la 44e place du classement ATP, a créé la surprise de ce tournoi en corrigeant la tête de série N.1 6-2, 6-3 en seulement 1h04. Cela faisait bien longtemps que l'on avait pas vu le joueur russe aussi sûr de son tennis. L'Espagnol n'avait pourtant pas tremblé sur son service (74% de réussite contre 68 %), mais Davydenko s'est montré irrésistible dans les échanges. Ferrer ne s'est pas procuré la moindre balle de break, alors que son adversaire en a converti quatre sur 11. Cela promet une rude partie à Gasquet qui en cinq affrontements s'est imposé à trois reprises. Leur dernier duel remonte à l'an passé, et c'est Davydenko qui avait eu le dernier mot en quart de finale du tournoi de Rotterdam (7-5, 6-3).

Romain Bonte