Richard Gasquet
Richard Gasquet | AFP - VALERY HACHE

Gasquet qualifié pour les 8e de finale

Publié le , modifié le

Trois français se sont qualifiés pour les 8e de finale de Monte-Carlo. Richard Gasquet (N.13) a battu Guillermo Garcia-Lopez, 6-2, 6-1 et affrontera au prochain tour l'Espagnol Rafael Nadal (N.1), tombeur du Finlandais Jarkko Nieminen 6-2, 6-2. Gilles Simon, pour sa part, s'est imposé avec autorité face à Albert Montanes 6-3, 6-4. Pour son retour à la compétition Gaël Monfils (N.8) s'est imposé devant Gimeno-Traver 7-5, 6-2. Murray renoue enfin avec la victoire.

EN DIRECT A 13H30 SUR SPORT.FRANCETV.FR

RESULTATS ET STATISTIQUES DE MONTE-CARLO

En difficulté lors de son premier tour face à Denis Istomin, Richard Gasquet a montré un tout autre visage ce mercredi face à l'Espagnol Guillermo Garcia-Lopez : 6-2, 6-1. Un score flatteur qui ne reflète pas complètement la physionomie du match. Le premier set, notamment, a offert un long bras de fer entre les deux hommes avant que l'ancien numéro sept mondial ne fasse la différence. Plus agressif dans son jeu de jeu que la veille, Gasquet a surtout pu profiter des imprécisions de son adversaire pour rapidement se détacher dans la seconde manche. "C'était bien mieux, j'étais plus relâché", a souligné l'ancien champion du monde juniors, demi-finaliste en 2005 à Monte-Carlo face à Rafael Nadal (défaite en 3 sets) après avoir battu Roger Federer au tour précédent. Mais le regain de forme observé ne sera pas suffisant pour inquiéter son prochain adversaire, vraisemblablement Nadal. "C'est sûr qu'il sera aussi favori contre moi. Je ne l'ai encore jamais battu (0-7). Contre lui ça peut être très difficile sur le court, il faudra être à 100%, je vais faire des kilomètres", a commenté Gasquet à la sortie du court. En plus de s'offrir un match de gala face au numéro 1 mondial, Gasquet pourra se satisfaire de redevenir le numéro 2 français, profitant ainsi de l'élimination prématurée de Jo-Wilfried Tsonga dès le deuxième tour face à Ivan Ljubicic.

Monfils : "C'était dur de conclure et de rentrer dans le court"

Ce mercredi 13 avril marque le vrai début de la saison de Gaël Monfils. Eloigné des terrains depuis la mi-février et son abandon avant la demi-finale à San José face à Milos Raonic, il retrouvait les courts et la terre battue de Monte-Carlo. Un cadre qui ne lui réussit guère puisqu’il n’a gagné que deux matches en cinq participations. La tête de série n°10 retrouvait sur son chemin l'Espagnol Daniel Gimeno-Traver. Malgré son manque de repères et de rythme, l’Antillais breakait son adversaire d’entrée et menait rapidement 3-1, puis 4-3. Mais le Monfils qu’on connaît, ses grands coups droits, sa couverture de terrain, n’était pas vraiment au rendez-vous. Il laissait la place à un joueur timide, retenant ses frappes et laissant la direction de l’échange à son adversaire. L’Espagnol recollait à 4-4, sur un amorti raté du Français. Bousculé, ce dernier ne prenait pas de risques, se contentant de renvoyer en attendant la faute. Une tactique payante puisqu’il s’offrait un nouveau break pour mener 6-5. Il concluait le set sur un passing. Dans la seconde manche, "la Monf " continuait d’attendre les montées au filet de son adversaire, forcé de jouer à jouer contre-nature, ou ses fautes. Il se permettait même de laisser filer le septième jeu pour conclure le match sur son service. Le n°1 français terminait la rencontre sur une belle volée de revers. "Ca n’a pas été facile, j’étais un peu timide lorsque j’ai débuté le match. J’étais loin de ma ligne. C’était dur de conclure et de rentrer dans le court" a-t-il indiqué à la fin de la rencontre au micro de Canal+. Son niveau de forme ? "J’étais à 100%, il faut que je monte en régime, notamment dans l’agressivité. Je dois aussi retrouver mon coup droit", a-t-il ajouté, lui qui n’a réalisé que 15 coups gagnants (contre 24 à son adversaire). Au prochain tour, il retrouvera le Portugais Frederico Gil qu’il avait battu difficilement lors du dernier Open d’Australie.

Opposé lui aussi à un Espagnol, Gilles Simon s'est qualifié pour les huitièmes de finale en deux sets. Il s'est défait du terrien Albert Montanes, récent finaliste à Casablanca, 6-3,6-4. L'Ibère n'a pas offert une résistance suffisante contre le Niçois, très motivé à l'idée de remonter au classement ATP pour redevenir tête de série et "se protéger" sur les premiers tours. Au prochain tour, il retrouvera Andy Murray, vainqueur de Radek Stepanek 6-1, 6-4.

Murray gagne enfin

Depuis sa finale perdue à l'Open d'Australie, Andy Murray promenait sa peine sur le circuit. Le grand échalas écossais ne parvenait plus à gagner le moindre match: trois tournois et autant de défaites précoces, voilà son bilan. Pas reluisant pour un joueur qui ambitionnait se mêler à la lutte au podium mondial. A Monte-Carlo, la tête de série N.3 du tournoi a su sortir vainqueur. Après plus de deux mois sans succès, il n'a même pas laissé exploser sa joie, étant probablement beaucoup plus soulagé que content. Opposé à Radek Stepanek, il s'est d'abord placé sur la voie royale, menant 6-1, 4-2, avant de laisser son adversaire revenir. Il n'en fallait pas plus pour que la tension le rattrape, d'autant que le Tchèque, ancien 8e mondial, n'est jamais aussi dangereux que lorsqu'il est dos au mur, et encore plus contraint de jouer les points au filet. Après avoir sauvé une balle d'égalisation à 5-5, Murray finissait par l'emporter 6-1, 6-4 en 1h31, sur un dernier coup de Stepanek jugé trop long par l'arbitre de chaise, à son grand soulagement.Il gagne donc le droit de regarder de nouveau le tableau, et ainsi voir qu'il affrontera Gilles Simon, qui ne l'a battu qu'une fois en cinq affrontements, et ce succès du Français remonte à 2007, sur la terre romaine.

Nadal s'échauffe

Pas de surprise pour le Prince de Monte-Carlo ! Rafael Nadal s'est qualifié sans souci pour le prochain tour aux dépends de Jarko Nieminen 6-2, 6-2, en 1h09. Pour son retour sur terre-battue, le Majorquin en lice pour son septième titre consécutif s'est montré très convaincant. Dévastateur en coup droit et très en jambes, il rapidement usé le Finlandais grâce à ses 14 coups gagnants (pour 11 fautes directes). Pourtant Nieminen, ancien numéro 13 mondial en 2006, a offert un match sérieux. Il s'est simplement cassé les dents sur un mur défensif. La recette est connue. Autant dire que pour Richard Gasquet, la victoire semble compromise. "C'était un match de reprise donc il reste pas mal de choses à travailler. J'ai encore besoin de quelques matches. Mais c'était déjà mieux que lors des derniers jours à l'entraînement, donc c'est plutôt positif", constatait le N.1 mondial, qui souhaite retrouver son "agressivité en revers et une meilleure qualité de déplacement."

Le duel entre spécialistes de terre battue espagnols a tourné à l'avantage de Tommy Robredo qui a sorti Fernando Verdasco, tête de série N.6, en deux manches 6-4, 6-3. Un an après avoir subi un terrible affront en finale de ce tournoi face à Rafael Nadal (6-1, 6-0), Verdasco perd encore beaucoup sur le Rocher, et notamment bon nombre de points en étant éliminé dès le 2er tour.