Gasquet - Monfils - Melbourne 2007
Richard Gasquet et Gaël Monfils se retrouvent pour la 7e fois sur le circuit | AFP - TORSTEN BLACKWOOD

Gasquet-Monfils : 7e manche

Publié le , modifié le

Les retrouvailles sur terre-battue entre Gaël Monfils et Richard Gasquet ont tourné à l'avantage du Parisien : 6-4, 7-6 (9/7). "La Monf" devrait retrouver Rafael Nadal (N.1) en quart de finale. A bientôt un mois de Roland-Garros, ce face-à-face en apparence anecdotique, a permis une mise au point au sommet du tennis tricolore.

Une saison en dents de scie

A l'heure où le tennis français se cherche un vrai leader, l'affrontement entre Richard Gasquet Gaël Monfils était l'opportunité d'étalonner le niveau de jeu de nos Frenchies. Si avant ce match, les deux hommes étaient à égalité sur l'ensemble de leurs confrontations (3-3), ils ne s'étaient jamais encore retrouvé sur l'ocre. Une surface où les deux français avaient des arguments à faire valoir. Richard Gasquet fut demi-finaliste du Masters 1000 de Monte-Carlo en 2005, victorieux à Nice en 2010. Tandis que Gaël Monfils rallia les demi-finales de Roland-Garros en 2008, puis les quarts en 2009.

Avantage Monfils
Gaël Monfils est finalement sorti vainqueur de son match face àRichard Gasquet, en 8e de finale de Barcelone : 6-4, 7-6 (9/7). En quart de finale, il devrait retrouver Rafael Nadal, opposé ce jeudi au Colombien Santiago Giraldo. Cédant deux fois sa mise en jeu dans la première manche, le Bitterois a certainement payé les efforts consentis depuis le début du tournoi (2h30 face à Juan Ignacio Chela et un autre match en trois sets face à Blaz Kavcic. Breaké à 5-4 dans la deuxième manche, il a immédiatement réagi avant de céder durant le tie-break, manquant au passage un balle de set à 7/6.

Richard Gasquet part pourtant favori de la rencontre. Premièrement, parce-ce qu'il a disputé 22 matchs cette saison, contre 8 pour Monfils et qu'il s'est montré nettement plus convaincant pour ses premières rencontres. A Monte-Carlo, il a offert un match appliqué en huitièmes de finale face à l'expert de la surface, Rafael Nadal (6-2, 6-4). Un résultat logique au vue de la progression de son jeu depuis le début de la saison. Depuis le commencement de sa collaboration avec Sébastien Grosjean pour la tournée américaine, l'ancien "Mozart" du tennis semble avoir retrouvé une certaine ambition. Quart de finaliste à Miami, il a réussi pour la première fois de sa carrière à vaincre deux membres du top 10 consécutivement. Avec une gifle de revers retrouvée, à défaut d'avoir un mental irréprochable, le demi-finaliste de Wimbledon 2007 grimpe progressivement dans hiérarchie ATP (17e).

Le bilan de Gaël Monfils n'est pas comparable. Touché au poignet à San José, le Parisien avait dû mettre sa saison entre parenthèses le temps de son rétablissement. Revenu sur les courts sans repère, comme souvent à la même époque de l'année, le protégé de Roger Rasheed est à la recherche de sensations. Sur le Rocher, il a d'abord offert un match poussif contre l'Espagnol Daniel Gimeno Traver (voguant aux alentours de la 60e place mondiale) avant de passer à côté de sa partie face au Portugais Frederico Gil. Son parcours à Barcelone y ressemble à s'y méprendre. Dans la douleur, le numéro 9 mondial est sorti vainqueur de justesse d'un match largement dans ses cordes face à Robin Haase, le Néerlandais : 3-6, 7-6(7/3), 6-2. Rien de très encourageant avant de croiser Gasquet, qui pourra s'appuyer sur sa confiance accumulée.

Attention pourtant ! Il ne serait pas surprenant que Monfils sorte de son chapeau un match de bagarreur. Il est vrai que depuis le début de sa carrière, le joueur d'origine antillaise à cultivé le goût de l'effet de surprise. Toujours là où on ne l'attend pas. Après une fin de saison 2010 remarquable (quart de finale à l'US Open, finales de Tokyo et du Masters 1000 de Bercy), Gaël Monfils était attendu pour l'exercice 2011. Enfin, il semblait avoir trouvé la bonne carburation pour exploiter pleinement son potentiel physique. Plus rigoureux dans le jeu, quitte à mettre de côté (enfin !) ses glissades et autres dépenses d'énergie inutiles. Mais en début d'année, à l'Open d'Australie; "la Monf" a déçu dès le troisième tour, face à Stanislas Wawrinka. Plus que le résultat, c'est la manière qui fait débat, Monfils refusant ce qui faisait son fort : le défi physique. Très attendu par le public français, Sliderman n'a plus de temps à perdre cette saison s'il veut réaliser ses objectifs et se maintenir dans le top 10. Face à Gasquet à Barcelone, il pourra également se venger de la défaite que lui avait infligée son compatriote à Shanghaï, fin 2010 6-4, 3-6, 6-4.

Les 8e de finale en bref
David Ferrer (N.4), récent finaliste à Monte-Carlo continue son parcours en terre catalane après sa victoire contre Victor Hanescu : 6-3, 6-2. Il retrouvera au prochain tour le vainqueur du match entre Jurgen Melzer et Albert Montanes. Rafael Nadal (N.1) a expédié les affaires courantes contre le Colombien Santiago Giraldo (6-3, 6-1). Le Majorquin affrontera en quarts de finale Gaël Monfils. Il partira largement favori. Deux autres têtes de série ont assuré ce jeudi: l'Autrichien Jürgen Melzer (N.6) est venu à bout de l'Espagnol Albert Montanes en trois manches accrochés, 6-7(2), 6-3, 6-2. Nicolas Almagro (N.8) a disposé de Nikolay Davydenko 7-6(2), 6-3. Juan Carlos Ferrero a battu Simone Vagnozzi 7-6(3), 4-6, 6-4.  Ivan Dodig a disposé de Milos Raonic 7-6 (7/0), 4-6, 6-3. Feliciano Lopez a sorti Kei Nishikori 6-4, 7-6 (7/5)