Le Suisse Roger Federer
Le Suisse Roger Federer | EMMANUEL DUNAND / AFP

Federer veut des passeports biologiques pour le tennis

Publié le , modifié le

Roger Federer a réitéré son souhait de voir plus de contrôles antidopage dans le tennis, estimant que ceux-ci étaient moins nombreux qu'à ses débuts sur le circuit professionnel. Le Suisse a précisé qu'il aimerait que les passeports biologiques utilisés dans le cyclisme soient également utilisés pour son sport.

"Un passeport sanguin sera nécessaire car des substances ne peuvent être découvertes à l'heure actuelle", a déclaré le joueur de 31 ans. "Mais il devrait aussi y avoir plus de tests sanguins et des contrôles hors compétitions dans le tennis", a-t-il ajouté. Ces déclarations font écho à celles de Novak Djokovic qui s'étonnait de voir moins de contrôles en 2012. Même Andy Murray expliquait que des efforts financiers devaient être effectués afin d'optimiser la lutte contre le dopage.

Les chiffres les plus récents et mis à disponibilité par la Fédération internationale, remontent à 2011. Ils précisent que 131 tests sanguins et 2019 tests urinaires ont été effectués durant toute cette année, pednant et en dehors des compétitions.

"Je n'ai pas eu de prélèvement sanguin après l'Open d'Australie, et j'ai fait part de mon étonnement aux responsables", a indiqué Federer. "Mais il va y avoir besoin de plus de moyens financiers pour rendre ces tests possibles, et les tournois du Grand Chelem devraient aider à financer cela, car c'est dans leur intérêt de garder le sport propre et crédible", a ajouté le joueur aux 17 titres du Grand Chelem. Quelques jours plus tôt, Murray avait même proposé que les prix remis aux joueurs soient moins élevés afin de financer la lutte contre ce fléau. Il reste à savoir si ces belles paroles seront suivis des faits.

Romain Bonte