Federer roi de Halle

Federer roi de Halle

Publié le , modifié le

Roger Federer est bien dans son jardin à Halle. En battant le Colombien Alejandro Falla (7-6, 7-6), le Suisse a remporté en Allemagne sa septième victoire en neuf finales.

A 32 ans, Federer a décroché le 79e trophée de sa carrière sur le circuit  ATP, son deuxième de la saison après celui de Dubai fin février, à une semaine  de Wimbledon où le Bâlois a déjà triomphé à sept reprises. Pourtant, à Halle, tout n'a pas été simple pour le "Roi Roger". Face à un adversaire contre qui il a déjà éprouvé de nombreuses difficultés par le passé même s'il l'a battu six fois en autant de rencontres, le Suisse a eu besoin de deux tie breaks pour se défaire de l'accrocheur Colombien. Le tenant du titre et n°4 mondial s'est notamment appuyé sur une première balle des plus solides (84% de points gagnés derrière elle) pour faire entendre raison à Falla. 

Federer aurait pu boucler la première manche plus tôt, en servant à 5-3, mais son adversaire parvenait à recoller au score à le pousser au jeu décisif. Au cours de ce tie-break, le Suisse passait la vitesse supérieure en enquillant cinq points de rang pour s'imposer 7 points à 2. Même scénario dans le second set avec Federer qui se détachait rapidement et Falla qui refaisait aussitôt son retard pour un nouveau jeu décisif. Plus serein, le roi de Halle terminait le travail pour décrocher son septième titre. Et envoyer un message clair avant Wimbledon. 

"J'adore le football mais je suis venu ici pour le tennis"

"Je me réjouis de cette victoire et j'espère continuer à bien jouer les  semaines à venir", a déclaré le désormais septuple lauréat, le sourire retrouvé  dans son jardin de Halle après la sortie en 8e de finale sur la terre battue de  Roland-Garros. Il devait enchaîner avec la finale du double en compagnie de son ami Marco  Chiudinelli, pour un doublé déjà réussi en 2003 à Vienne et en 2005 à Halle,  qui pouvait lui faire manquer les débuts de la Suisse au Mondial contre l'Equateur. "J'adore le football mais je suis venu ici pour le tennis", a lancé le  lauréat, comme pour rassurer un public allemand dont il est le chouchou depuis  son premier sacre en 2003.