Roger Federer
Roger Federer | AFP

Federer réfute toute idée de retraite

Publié le , modifié le

Roger Federer, ex-N.1 mondial, désormais septième, son plus mauvais classement depuis octobre 2002, a confessé qu'il avait commis des erreurs dans sa programmation cette année, tout en excluant toute idée de retraite, ce dimanche à la veille du tournoi de Bâle. "J'ai joué des matches que je n'aurais jamais dû jouer", a déclaré le champion de 32 ans, qui n'a soulevé qu'un trophée en 2013, à Halle.

"J'aurais dû déclarer forfait à Indian Wells (en mars) avant mon quart de  finale (perdu contre contre Rafael Nadal alors qu'il souffrait du dos), et cet  été, je n'aurais pas dû disputer les tournois sur terre battue de Hambourg et  de Gstaad. "Je n'ai pas pu m'entraîner comme je le voulais pendant mon break de sept  semaines après Indian Wells, et je suis tombé dans une spirale négative",  a-t-il encore expliqué. 

Malgré tout, Federer a insisté sur le fait qu'il continuera à jouer. "Tant  que mon corps et mon esprit sont prêts à voyager, je suis heureux de faire ce  que je fais. Je jouerai encore quelque temps, et ce ne sont pas six mois  difficiles qui m'ont fait changer d'avis". "Jouer aux jeux Olympiques de Rio est quelque chose que j'aimerais bien  réaliser. Cela ne veut pas dire que je mettrai un terme à ma carrière là-bas,  ou avant, c'est juste une idée", a encore déclaré le champion aux 17 levées du  Grand Chelem. 

L'idée d'aller jusqu'à Rio 2016

Federer est revenu sur sa décision de se séparer la semaine dernière de son  coach Paul Annacone, après près de trois ans et demi de collaboration. "Nous avons vécu une excellente relation de travail et amicale", a-t-il  dit. "Nous avons beaucoup parlé, et lui et moi avons estimé qu'il fallait  changer quelque chose et nous en tenir là". Federer s'est enfin déclaré fin prêt pour se battre afin de gagner sa place  pour le Masters, qu'il a remporté six fois, à Londres. Actuellement 8e à la  Race, il n'est pas encore assuré de participer au tournoi des "Maîtres" à  partir du 4 novembre. 

"Je veux me battre pour Londres, et je vais tout donner pour y arriver", a  martelé le Suisse, qui se dit prêt, physiquement et mentalement, pour le  tournoi de Bâle, qu'il a remporté cinq fois, et où son premier adversaire sera  le Français Adrian Mannarino.

AFP