Roger Federer service Bercy 2010
Roger Federer | AFP - Jacques Demarthon

Federer à la parade

Publié le , modifié le

Roger Federer s'est qualifié pour les quarts de finale du Masters 1000 de Paris-Bercy en battant en deux sets le Tchèque Radek Stepanek, 6-4, 6-3. Le numéro 2 mondial a connu un retard à l'allumage dans la première manche qui a duré 45 minutes avant de boucler l'affaire à sa main. Il rencontrera ce vendredi l'Autrichien Jurgen Melzer, tête de série numéro 11, pour une place en demi-finale, niveau qu'il n'a jamais atteint au POPB

https://sport.francetv.fr/resultats/tennis/

Federer a dû pourtant mouiller le maillot pour se rassurer, surtout dans la première manche. Peut-être fut-ce le fait que le match débuta une heure plus tard que l'horaire prévue, toujours est-il que le Suisse a eu du mal à se mettre en route. Sur cette tsurface rapide,  le rôdage de Federe a duré quarante cinq minutes, le temps exactement qu'il lui fallut pour se défaire de Stepanek, accrocheur comme à son habitude. Sur ses mises en jeu, le Tchèque restait dans le match, s'appuyant sur un bon service-volée, et montées dans le bon timing. Federer se cherchait, assurait lui aussi ses points mais ne parvenait pas à forcer le break, notamment sur le 4 jeu, particulièrement acharné, ou Stepanek fit de la résistance, A 2/2, puis 3/3, le Tchèque se maintenait au dessus de la ligne de flottaison, il affichait quelques signes de faiblesse, notamment sur les plus beaux effets du Suisse, quelques slices, quelques coupés, et des débordements en passings qui le mettaient en porte à faux. Mais Stepanek ne rompait pas. Parce qu'il restait sur son schéma de jeu, et parce que Federer quelquefois mélangeait un peu les notes en voulant jouer quelques variations Mais lorsqu'il eut enfin pris son rythme de croisière, avec des accélérations et des coups au cordeau, le chef d'orchestre ne se trompa plus guère de partition. A 5/4 en sa faveur, il obtint enfin le break, et convertit cet avantage dès la 2e balle de set que Stepanek ne put empêcher, surpris par un retour croisé d'école.

Le Suisse sort sa panoplie

Le deuxième set fut une promenade pour Federer. Qui prit parfois le temps de flâner un peu, notamment en lâchant quelques points dont le Tchèque profita. Mais il n'y crut guère, mené très rapidement 3-0. Ses montées étaient moins vives, moins tranchantes, alors que Federer sortait sa panoplie de joueur complet, régulier comme un coucou suisse. Il surprenait sur ses montées le Tchèque qui se battait pourtant comme un beau diable, mais ne disposait plus d'autres armes que sa volonté pour enrayer le jeu de Federer.
Le N.2 mondial qui a su user des aces aux moments opportuns, menait son jeu comme sur un échiquier, avec un coup d'avance, même s'il commettait des fautes en routes. A 5/2, la cause était quasiment entendue. Stepanek servait pour sauver les meubles et réduisait le score. Mais n'empêchait pas le Suisse de boucler la partie 6-4 pour atteindre pour la quatrième fois un quart de finale à Bercy, stade qu'il n'a jamais dépassé dans l'enceinte parisienne. 

CG