Roger Federer
Roger Federer sur gazon | AFP - CARMEN JASPERSEN

Federer en finale à Halle

Publié le , modifié le

Roger Federer (N.1) s'est qualifié pour la finale du tournoi de Halle en battant le Japonais Kei Nishikori (N.4), 6-3, 7-6 (7/4). Le Suisse se hisse ainsi pour la cinquième fois de la saison dans une finale, où il ne s'y est imposé qu'une fois, à Dubaï. La victoire sera logiquement son objectif surtout face au Colombien Alejandro Falla, qui ne l'a jamais vaincu en six duels jusque-là. Depuis 2006, l'ancien N.1 mondial a atteint la finale de ce tournoi à chacune de ses apparitions (8) pour six victoires. Pour sa 9e finale, il visera une 7e victoire.

Il est comme ça Roger Federer. Opposé à Kei Nishikori, qui restait sur une victoire contre lui cette année en quarts de finale à Miami et qui menait même (2-1) dans leurs duels, le Suisse ne s'est pas rendu compte qu'il venait de gagner la balle de match. Concentré, il avait été obligé de serrer le jeu pour valider son ticket pour la 118e finale de sa carrière. "Jouer contre un adversaire tel Nishikori est toujours dangereux, d'autant  que je manquais de matches", a déclaré le Bâlois de 32 ans.

Après un premier set bien maîtrisé, conquis 6-3, l'ancien N.1 mondial a dû aller jusqu'au jeu décisif. Bien aidé par son service (10 aces et 75% de 1ères balles), il est parvenu à faire la différence. En 1h13, Federer a pris le meilleur sur Nishikori 6-3, 7-6 (7/4). Et comme lors de sa seule victoire précedente sur ce joueur, il s'impose en deux petites manches, alors que ses deux défaites sont allées en trois manches. 

Mais il est aussi averti que sa finale ne sera pas aisée. Malgré sa 69e place mondiale et ses six défaites en six matches contre Federer, Alejandro Falla est un adversaire coriace pour lui. Les deux hommes se sont déjà affrontés à quatre reprises sur gazon. Et les deux derniers duels ont été très disputés, avec une victoire en trois sets lors du tournoi olympique 2012 à Wimbledon, et un succès en cinq manches toujours à Wimbledon mais pour le tournoi du Grand Chelem, en 2010, après avoir été mené deux manches à zéro. "Quand je suis en manque de confiance, je vais sur Google et je regarde le  match", glissait en riant le Colombien. 

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze