Roger Federer volée de revers Bercy 2010
Roger Federer | AFP - Jacques Demarthon

Federer domine Gasquet

Publié le , modifié le

Trois semaines après avoir reçu une leçon vexante contre Djokovic, Richard Gasquet a reçu une leçon qu'on pourrait qualifier d'encourageante face à Roger Federer. Au 2e tour du tournoi de Bercy, la tête de série N.1 du tournoi n'a jamais eu à forcer pour s'imposer en un peu plus d'une heure 6-4, 6-4 contre un joueur qui ne l'a battu qu'une fois, en 2005, lors de leurs 8 duels. Le Suisse affrontera le Tchèque Radek Stepanek en 8e de finale.

LE TABLEAU DU BNP PARIBAS MASTERS DE BERCY

Rien à faire. Voilà bien ce que Richard Gasquet peut se dire à la sortie du court central de Bercy. Pour son 2e tour, il a fait un match sérieux, offensif, volontaire, mais n'a jamais mis Roger Federer en difficulté. Sur un court très rapide que découvrait le Suisse, le Biterrois a bien essayé de tourner son jeu vers le filet, montrant encore une fois qu'il a de réelles possibilités dans ce choix tactique s'il veut bien le mettre en place à chaque match et pas seulement lorsqu'il se sait inférieur. Mais la tête de série N.1 a montré, raquette à la main, qu'il avait retrouvé un très bon niveau, qu'il était en bonne forme trois jours après avoir remporté "son" tournoi de Bâle.

Un break dans chaque set, pas plus mais pas moins, voilà juste la nécessaire différence qu'a cherché le N.2 mondial. Et pour s'éviter toute frayeur, il l'a conquis à chaque fois en début de manche. C'est d'abord sur une somptueuse volée amortie de coup droit qu'il a décroché le premier pour mener (2-1). L'écart fait, il s'est contenté de répondre coups pour coups aux différentes tentatives adverses. Lorsque le Français aligne deux aces pour obtenir un jeu blanc (4-3), il répond par deux aces (dont un sur la deuxième balle), un service gagnant et une volée pour rendre sa copie parfaite (5-3). Simple, mais terriblement efficace. Un petit ace à 199km/h pour enregistrer le gain du premier set (6-4) après 30 minutes, et l'Helvète se plongeait tranquillement dans le deuxième acte, qu'il débutait de la meilleure des manières.

Federer obtenait ainsi trois balles de break, que Gasquet effaçait en sortant de sa filière de jeu habituelle (amortie, ace, volée haute de coup droit). A 40A, un revers du Suisse était jugé faute par Gasquet et par le juge de chaise (pas par le juge de ligne) conduisant à un "challenge" qui donnait raison au N.2 mondial. Petit désappointement du Biterrois, et un revers balancé un mètre derrière la ligne de fond de court, voilà comment il laissait s'envoler son premier jeu de service. La suite de la rencontre n'était qu'une rapide avancée vers la conclusion, la domination de Roger Federer n'étant jamais démentie. Et après 1h08 de match, Richard Gasquet concédait son septième revers face à l'ancien maître du tennis mondial, sans avoir démérité mais sans avoir non plus montré sa capacité à s'imposer.

Satisfait de lui, Roger Federer reconnaissait: "Le court est plus rapide, donc c'est mieux pour moi. J'ai moins de chance de me faire breaker dans le set. Si je sers bien, je peux me concentrer davantage sur mes jeux de retour. Mais il faut quand même faire beaucoup d'ajustements. C'est peut-être le court le plus rapide du circuit. C'est sympa de voir ça parce que c'est plutôt le contraire ailleurs. Tu peux bluffer, monter à contre temps, tenter un retour gagnant...etc. Richard n'a pas fait un mauvais match. Il y a eu beaucoup de jeux à 30-A et il a fait une ou deux "conneries". Mais il n'est pas passé à côté même si c'est difficile pour moi de le juger. Il n'a peut-être pas assez bien servi. Et j'avais une bonne longueur de balle. C'est important sur une surface qui fuse comme ça. Les matches sont serrés et se jouent à deux-trois points".