joie Novak Djokovic Madrid 05 2011
Novak Djokovic | AFP - DANI POZO

Djokovic: "Penser à gagner, pas à ne pas perdre"

Publié le , modifié le

Le Serbe Novak Djokovic, vainqueur dimanche du Masters 1000 de Madrid, a déclaré qu'il pensait d'abord "à gagner, pas à ne pas perdre" pour expliquer comment il était resté invaincu depuis le début de l'année.

Qu'est-ce que cela représente pour vous de battre Nadal pour la première fois sur terre ?
"C'est un jour spécial pour moi. Battre Rafa sur terre battue... J'ai joué un grand match du premier au dernier point. Je suis entré sur le court en croyant que je pouvais gagner. C'était le seul moyen pour moi d'y parvenir."

Avez-vous craint à un moment que le match ne tourne en sa faveur ?
"J'ai très bien débuté et c'est ma faute si j'ai perdu mes deux breaks d'avance, ce qui l'a relancé. Je savais que Rafa n'abandonnerait jamais. C'est un grand compétiteur, il ne donne jamais le moindre point. Je savais que je devais bien jouer tout le set, tout le match, sur chaque point."

Est-ce votre plus belle victoire aujourd'hui ?
"Oui, c'est probablement tout en haut. Dans ces circonstances, j'ai joué un match incroyable. Je jouais Rafa dans sa ville, dans son pays, avec le soutien des gens. Je suis content d'être capable de jouer mon meilleur tennis quand j'en ai besoin. C'est peut-être quelque chose qui me faisait défaut par le passé. Je ne croyais pas assez que je pouvais battre Rafa ou Roger (Federer) dans ces grands tournois, ces grands moments. Mais maintenant, c'est différent."

Quand vous pensez à votre série d'invincibilité, avez-vous parfois l'impression de rêver ?
"Non. J'essaie juste de rester concentré sur ce que je fais. Il n'y a pas de secrets. Je suis un joueur plus mature, une personne plus mature. Je sais ce que je dois faire sur le court et en dehors. J'ai une grande équipe autour de moi, qui partage les hauts et les bas de ma carrière et de ma vie. Pour moi, c'est donc plus facile d'être performant sur le court et d'être libéré de la pression. J'essaie de penser à gagner, pas à ne pas perdre. Je sais que ma série est incroyable. Mais j'essaie de ne pas penser à combien de temps ça va durer, quand je vais perdre. Je pense à combien de victoires supplémentaires je vais avoir."

Comment vous sentez-vous physiquement alors que vous enchaînez avec le tournoi de Rome ?
"Je me sens très bien. Le seul jour où je me suis senti un peu lourd c'était hier (samedi, en demi-finale contre le Brésilien Thomaz Bellucci). Aujourd'hui, j'avais de la fraîcheur, je sentais que je bougeais bien sur le court. C'était un match épuisant, physiquement et mentalement. Mais je suis sûr que je peux récupérer."

Nadal a suggéré que si vous continuiez comme ça, vous seriez bientôt N.1 mondial...
"Evidemment, si je continue à gagner, je me rapprocherai de la place de N.1. Mais j'essaie de ne pas penser à ça en ce moment, vraiment. Parce que j'ai juste commencé ma saison sur terre battue. C'était un début parfait avec deux tournois gagnés. Mais je dois vraiment rester concentré sur les tournois à venir. Je sais que si je veux devenir N.1 mondial, je devrai bien jouer de manière constante semaine après semaine. Parce que c'est ce que Rafa va faire et les autres joueurs aussi. Ca a changé, je suis dans un état d'esprit différent maintenant. Je suis plus stable, je sais comment penser de la bonne manière."

Pensez-vous que cette victoire vous installe comme le favori pour Roland-Garros ?
"Rafa est encore devant tout le monde. Je n'ai jamais gagné Roland-Garros. Je suis dans la forme de ma vie, je joue le meilleur tennis de ma carrière, donc, probablement je suis un favori. Mais Rafa n'a perdu qu'un match dans sa carrière là-bas. C'est mon but pour cette saison sur terre battue d'aller au bout à Roland-Garros."

AFP