Jo-Wilfried Tsonga
Jo-Wilfried Tsonga en difficulté sur son revers | AFP - MARK RALSTON

Djokovic mate Tsonga à Pékin

Publié le , modifié le

Après deux finales perdues consécutivement (Cincinnati, US Open), Novak Djokovic (N.1) est sorti vainqueur du tournoi de Pékin. En finale, il a dominé Jo-Wilfried Tsonga (N.3) 7-6 (7/4), 6-2. Le Français, battu 4 fois cette année par "Djoko", a laissé passé des occasions de prendre le dessus, notamment dans le 1er set où il avait réalisé le break, où lorsqu'il est revenu dans le jeu décisif de 1-4 à 4-5, service à suivre. Le N.2 mondial remporté son 4e titre en 2012

Jo-Wilfried Tsonga n'y arrive toujours pas. Pour la quatrième fois cette année en autant de duels, il a été battu par Novak Djokovic. Comme à Roland-Garros, il a eu les opportunités de prendre la main sur la rencontre. Même s'il n'a pas eu de balles de match comme à Paris, il peut nourrir des regrets de n'avoir pas fait le trou lorsqu'il en avait l'occasion.

Deux balles de break dans le premier jeu, une dans le deuxième, le Manceau a démarré très fort cette finale. Mais l'ancien N.1 mondial a très bien joué chacun de ses points, s'appuyant notamment sur son service. Et s'il est parvenu à faire le break (3-2), le 7e mondial n'a pas conservé son avantage jusqu'au terme de la manche, perdant son engagement au jeu suivant. Et au jeu décisif, il a craqué. Par deux fois. D'abord en concédant ses deux premiers points de service (3-0), puis, alors qu'il n'était plus mené que (5-4), en commettant une terrible double-faute qui offrait la balle de set au Serbe. Et la demi-volée de revers de "Jo" restait dans le filet alors qu'il avait fait service-volée, "Nole" empochant cette manche (7-4).

Deux années de défaites contre Djokovic

Et derrière, un peu à l'image de la 5e manche perdue à Roland-Garros (6-1), Tsonga a subi. Et il a commis des grosses fautes, comme sur cette volée de coup droit qui allait hors des limites pour donner le premier break à son adversaire (2-1) qui n'en demandait pas tant. Devant au score, le Serbe se relâchait, devenait de plus en plus confiant, et réussissait beaucoup. Après 1h41 de jeu, après ses succès en 2009 et 2010, Novak Djokovic pouvait de nouveau soulever le trophée de Pékin. "J'ai fait un match solide, j'ai essayé de jouer mon jeu, d'être agressif. Mais face à un joueur comme lui, mon niveau de jeu n'est pour le moment pas suffisamment élevé encore", a commenté le Manceau, N.7 mondial. "Je suis content car j'ai joué un bon tennis ici. J'espère continuer dans cette voie et je vais une nouvelle fois essayer la semaine prochaine de battre ce genre de mecs."

Avec seulement 33% de points gagnants sur ses deuxièmes balles, Jo-Wilfried Tsonga a clairement subi la pression de son adversaire, sauvant cinq balles de break sur les 8 obtenues. Mais avec cette finale, le Manceau engrange de gros points bien utiles dans la course au Masters de Londres. Mais si l'on enlève la victoire par forfait à Bercy l'an dernier, le Français a été battu lors de leurs six dernières confrontations. Cela fait donc deux ans que le Serbe impose sa supériorité.

A l'issue de ce 13e duel, Novak Djokovic a été contraint de danser avec les ramasseurs de balle, sous l'oeil amusé et très en retrait de Jo-Wilfried Tsonga qui, malgré tout, aurait sans doute préféré être à la place du Serbe, même à ce moment-là.