Djokovic Novak Wimbledon 2011
Novak Djokovic mange un peu de gazon de Wimbledon, théâtre de son sacre | AFP - Glyn Kirk

Djokovic, l'avènement d'un monstre

Publié le , modifié le

A la mi-saison, Novak Djokovic est devenu le nouveau N.1 mondial après sa 48e victoire de la saison, pour seulement une défaite. Une consécration logique pour un homme qui vient de remporter à Wimbledon son 8e tournoi de la saison, devenant le premier Serbe à atteindre ce sommet. Meilleur retourneur du circuit, il a ajouté de la constance à un physique déjà extraordinaire, qui lui permet une prise de balle très précoce. Ce niveau peut-il durer ?

Quel est le point faible de Novak Djokovic ? Cette saison, un seul joueur pourrait trouver une faille: Roger Federer. C'est le seul à l'avoir battu à Roland-Garros, en demi-finale, après avoir enchaîné trois défaites consécutives en début de saison. Si le Suisse est toujours capable d'atteindre un niveau de jeu extraordinaire, ce qui avait été le cas au début du mois de juin à Paris lors de ce match, il avait aussi profité du seul petit "défaut" du Serbe. Engagé dans une série impressionnante de victoires, il avait la possibilité de passer N.1 mondial en allant en finale. Pression trop forte ? Federer trop fort ? Peu importe, il a remis les pendules à l'heure, après avoir de nouveau connu une petite alerte similaire en demi-finale contre Jo-Wilfried Tsonga, le laissant revenir dans le match au 3e set après avoir compté un break d'avance. C'est ce match qui lui ouvrait les portes du trône mondial.

Débarrassé de cet enjeu, Novak Djokovic a pu retrouver le jeu qui fait de lui le maître du tennis mondial. Jusque-là, il était d'abord et avant le meilleur retourneur du circuit. En coup droit, en revers, les meilleurs serveurs savent qu'ils ne passeront pas un bon moment face à lui. Il a depuis perfectionné un physique déjà impressionnant, pour en faire au moins l'égal de celui de Rafael Nadal, si ce n'est même meilleur que l'Espagnol. Avec un tel physique, il peut désormais prendre la balle aussi tôt que Roger Federer, la référence en la matière, et surtout maintenir cette cadence tout un match, ce qui lui manquait souvent par le passé. Avec beaucoup de travail, il est donc devenu un savant mélange de Nadal et de Federer, en mieux actuellement. Atteindre le nirvana n'est donc que la suite logique de tous ces progrès. Mais à 24 ans, il change de dimension.

Pour la première fois de sa carrière chez les professionnels, Novak Djokovic n'est plus l'étoile montante, l'espoir incroyable, l'outsider numéro 1, l'homme qui peut empêcher Nadal et Federer de poursuivre leurs duels au sommet. Désormais, c'est autour de lui que tout se joue. Etre le meilleur du monde, c'est être la cible de tout le monde, c'est voir les projecteurs braqués en permanence sur soi, c'est avoir ses performances disséquées par rapport à celles des autres, c'est accroitre ses chances de jouer moins bien, de décevoir.

Et surtout, Novak Djokovic a, pour l'instant, vécu une saison idéale. Pas de blessure, pas de baisse de régime, son corps l'a épargné, ce qui n'est pas le cas de ses rivaux. Cette situation n'est pas dû qu'au hasard. Le natif de Belgrade a en effet géré sa saison de main de maître, faisant plusieurs impasses pour mieux préparer les moments importants. Pour lui, c'est neuf tournois cette saison, contre onze à Nadal, dix à Federer comme à Murray.  Après la victoire en finale de la Coupe Davis, il s'est ménagé du temps pour se reposer, pour se préparer, faisant l'impasse sur les tournois généralement préparatoires à l'Open d'Australie, qu'il a abordé sans répétition pour le gagner. Avant Roland-Garros, il a préféré ne pas participer à Monte-Carlo et à ses oppositions de premier plan, de même que Barcelone pour privilégier son tournoi de Belgrade. Et pour Wilmbledon, pas de Halle, pas de Queen's, pas de 's-Hertogenbosch ni de Eastbourne, le gazon n'apparaît sous ses pieds en tournoi que pour Wimbledon. La méthode semble fonctionner, et il devrait donc encore alléger ses semaines avant l'US Open, pour tenter de réaliser le Petit Chelem cette saison et poursuivre son année exceptionnelle.