Novak Djokovic et sa rage de vaincre
Novak Djokovic et sa rage de vaincre | AFP - ANDREAS SOLARO

Djokovic imbattable !

Publié le , modifié le

Novak Djokovic a remporté le Masters 1000 de Rome en battant Rafael Nadal en deux sets, 6-4, 6-4. Il enlève son 7e tournoi de l'année et sa 37e victoire victoire consécutive cette saison, 39 en comptant ses deux succès contre la France en Coupe Davis en décembre 2010. A Une semaine de Roland-Garros, le Serbe a confirmé son ascendant sur son adversaire même sur terre battue, une semaine après l'avoir déjà battu en finale à Madrid.

Il a également battu Nadal pour la quatrième fois d'affilée, à chaque fois en finale cette saison, après Indian Wells, Miami et Madrid. Il a encore dompté +Rafa+ sur terre battue, une semaine après l'avoir fait en Espagne. Nadal, cinq fois vainqueur sur le Foro Italico ces sept dernières années, a subi la loi du Serbe, encore très inspiré et en pleine forme, malgré les trois heures de son match, samedi soir, contre l'Ecossais Andy Murray, en demi-finale. Djokovic lui s'impose pour la deuxième fois à Rome après 2008. Il fonce sur les traces de John McEnroe, qui détient le record de succès consécutifs (42 dès le début de saison 1984 jusqu'à sa défaite contre Ivan Lendl en finale des Internationaux de France).

Surtout, Novak Djokovic réussit le tour de force de réduire au rang de "faire valoir" le meilleur joueur de terre battue de ces trente dernières années (et peut-être de l'histoire mais Bjorn Borg a là son mot à dire). Beaucoup plus fort physiquement que les saisons passées et donc beaucoup plus costaud mentalement -la victoire en Coupe Davis l'a métamorphosé autant qu'elle lui a enlevé un poids énorme, le natif de Belgrade ne craint plus le combat d'homme à homme même contre la référence absolue, le numéro 1 mondial. Contrairement à un Roiger Federer qui misait avant tout sur son talent pour dompter Nadal, Djokovic cherche d'abord à rivaliser physiquement avec l'Espagnol pour ne pas lui laisser prendre l'intérieur du court. Et il fait jouer son talent ensuite pour montrer à son rival qu'il n'est plus le jeune loup impatient mais le plus redoutable des clients quelque soit la surface.

Le public dans sa poche

Encore plus impressionnant, le Serbe n'a pas semblé gêné ni par son genou gauche, souffrant samedi contre Andy Murray, ni par la fatigue des trois heures de bagarre contre l'Ecossais en demi-finale. Nadal, le géant de la terre battue, le boss des matches marathon, qui avait lui expédié Richard Gasquet en deux sets dans l'après-midi et bénéficié d'un plus long temps de récupération, n'a pas eu le dessus physiquement. Il a pourtant résisté, fidèle à son mental de guerrier, il a pris deux fois les services de Djoko (mais cédé quatre fois le sien), a sauvé trois balles de match sur son service, mais a une nouvelle fois dû s'incliner.

Et encore en deux sets. Djoko a réussi des coups parfaits, varié ses attaques, trouvé les lignes, et même eu de la chance avec le filet! Djoko, invincible en 2011, a signé sa deuxième victoire au Masters 1000 de Rome, et mis le public du Centrale, qui lui était déjà majoritairement favorable, dans sa poche en lui parlant en italien. Il est supporter de l'AC Milan champion - lui aussi - d'Italie une semaine avant lui. Nadal, qui jouait sa sixième finale au Foro Italico ces sept dernières années (cinq victoires), n'est plus le roi de la terre battue. La couronne est tombée, Djoko va tenter de la ramasser à Paris.

Réactions

Novak Djokovic: "Le meilleur du monde? Merci... Je ne sais pas. Mais j'ai joué de manière incroyable aujourd'hui (dimanche,ndlr), peut-être mon meilleur tennis, c'est fantastique, surtout après les trois heures du match d'hier (samedi contre Andy Murray). Je suis très fier de mon jeu sur terre battue, et de la confiance qui m'habite maintenant pour battre les meilleurs joueurs. Mais quand je pense à tous les points (ATP) qu'il va me falloir défendre la saison prochaine, mon Dieu! Mais soyons clair, le roi de la terre battue, c'est +Rafa+. OK, je l'ai battu deux fois en une semaine, mais il s'agit de deux tournois, lui il a dominé cette surface pendant des années! Sur le match, j'ai été agressif, il n'y a que comme ça qu'on peut battre Nadal, surtout sur terre battue. Maintenant, je vais en profiter un peu, ne vraiment pas toucher une raquette les quatre prochains jours, et préparer Roland-Garros, le tournoi le plus important du monde."

Rafael Nadal: "Je suis content de mon match, de la façon dont je joue cette saison. J'ai bougé, attaqué, je ne suis pas triste, j'ai joué à mon niveau, mieux qu'à Madrid (il y a une semaine), aujourd'hui j'ai été en position d'attaquer avec mon coup droit. Je joue très bien, mais il y a un joueur plus fort que moi. Mais je suis sur la bonne voie. Mon but est d'être là la prochaine fois, j'aurai une autre chance. Novak est incroyable, il joue un niveau au-dessus de tous les autres joueurs depuis quatre mois. A l'évidence, il a une énorme confiance. Mais je l'ai battu dans le passé, il y a des hauts et des bas pour tout le monde. Il a joué des coups fantastiques, à 15-30 il trouvait les lignes... Si je suis toujours le roi de la terre battue? Je l'étais... Mais je vais continuer à travailler."