Djokovic: "Il est avec moi par l'esprit"

Djokovic: "Il est avec moi par l'esprit"

Publié le , modifié le

Le Serbe Novak Djokovic, N.1 mondial, s'est longuement exprimé, après sa qualification ce vendredi pour les demi-finales du Masters 1000 de Monte-Carlo, sur le décès de son grand-père, un être cher qui "est avec (lui) par l'esprit".

Q: Etait-il plus facile de jouer aujourd'hui qu'hier?
R: "Sincèrement oui. Hier (jeudi), j'ai reçu une nouvelle au mauvais moment. Je veux dire, c'est toujours le mauvais moment pour recevoir une nouvelle comme celle-ci. Aujourd'hui, c'était un peu mieux, mais il y a encore eu beaucoup de hauts et de bas émotionnellement pendant le match. Mais je suis très satisfait d'avoir été capable de garder mon calme et d'essayer de gagner des matches. Je suis en demi-finale, ce qui est un grand résultat dans ces circonstances."

Q: Avez-vous envisagé vous retirer du tournoi?
R: Oui, je l'ai envisagé. Oui. Mais je suis un professionnel et la vie continue. Je ne peux pas revenir en arrière maintenant. C'est ce que la vie vous donne et vous prend. C'est le cycle normal de la vie. J'étais très proche de lui, donc c'est une grosse perte pour moi et toute la famille. Mais il est avec moi, je le sais, par l'esprit. Je me rappelle seulement les meilleurs souvenirs et c'est ce qui m'a donné la force de jouer hier et aujourd'hui."

Q: Est-ce que jouer au tennis peut parfois être une thérapie?
R: "D'une certaine manière oui. Au fil des années, j'ai appris quand je joue au tennis à en quelque sorte me déconnecter de tout le reste. Vous adoptez cet état d'esprit quand vous consacrez autant de temps à votre sport. Donc, peut-être que d'une certaine manière, ça m'a permis d'évacuer mes pensées. Mais c'est encore présent. De toute évidence, ce n'est pas facile."

Q: Avez-vous pensé à aller aux funérailles et revenir pour jouer, ou est-ce impossible?
R: "Non, ce n'est pas possible. C'est un sujet très sensible. Chaque religion a une façon différente de considérer les funérailles et la vie elle-même. J'aime penser que quand une personne quitte ce monde, son esprit reste et est transmis à un autre être vivant, et que nous devrions célébrer la vie que cette personne a laissé derrière elle. J'essaie de me concentrer là-dessus. Evidemment, ce n'est pas facile, parce que vous ne cessez de penser à la personne qui n'est plus présente. Mais je ne garde que les meilleurs souvenirs et j'aimerais qu'il en reste ainsi."

Q: Est-ce que cette épreuve vous a rendu plus fort?
R: "Je verrai. Je ne sais pas. C'est encore trop frais pour pouvoir en juger."

Q: Remporter ce tournoi dans de telles circonstances aurait-il une valeur particulière pour vous?
R: "Je ne pense pas être la première personne au monde qui vit ce genre de choses. Je sais que beaucoup de personnes comprennent ce que je ressens en ce moment. Je suis fier de la manière dont ma famille gère cela. Je suis heureux que mes deux frères soient ici avec moi, comme ma copine et mon équipe. Le reste de ma famille est rentré en Serbie. Nous essayons de traverser cela ensemble et c'est le plus important."

Q: Quand pensez-vous retourner en Serbie?
R: "Probablement la semaine prochaine."

Q: Pour revenir au tennis, comment voyez-vous votre demi-finale contre Tomas Berdych?
R: "Il joue très bien. C'est un joueur qui figure dans le Top 10 depuis quelques années. Il est dangereux pour n'importe qui sur n'importe quelle surface. Il a une grosse frappe, un service puissant. Il sait ce que c'est de jouer des matches importants. Il a réussi un grand match aujourd'hui (vendredi) contre Andy (Murray). Il a frappé des coups incroyables du fond du court. C'est un gros défi pour moi de voir si je suis capable de garder ma concentration pendant tout un match, parce que c'est la seule façon dont je peux le battre. Je ferai de mon mieux."

AFP