Djokovic Novak - Dubaï 2011
Le Serbe Novak Djokovic | AFP - MARWAN NAAMANI

Djokovic évite le poisson d'avril à Miami

Publié le , modifié le

Opposé à Mardy Fish (N.14) en ce 1er avril, Novak Djokovic (N.2) a préservé son invincibilité cette saison (23 matches) pour se qualifier pour la finale du Masters 1000 de Miami 6-3, 6-1. 1h25 de match a suffi. Dimanche, le Serbe tâchera de décrocher un quatrième titre cette année, le deuxième à Miami après son succès en 2007. Mais en face, il sera opposé à Rafael Nadal qui s'est montré sans pitié pour Roger Federer. Le N.1 Mondial s'est imposé 6-3, 6-2.

Intouchable ! Voilà l'un des nombreux qualificatifs dont on pourrait affubler Novak Djokovic (N.2) après sa nouvelle démonstration ce vendredi. En demi-finale de Miami, le Serbe n'a eu besoin que d'1h25 pour faire tomber Mardy Fish (N.14), pourtant très à son aise face à Juan Martin Del Potro et David Ferrer lors des tours précédents. Devant son public, Mardy Fish n'est que rarement apparu dans la possibilité de faire la différence, hormis en début de match. Malheureusement pour lui, sa dynamique a été brisée par l'arrivée de la pluie. Une pause salutaire pour le Serbe, à 2-2 dans le premier set. "J'ai dit à Mardy à la fin du match que j'avais été sauvé par la pluie, a raconté Djokovic. J'ai eu 45 minutes pour reprendre mes esprits aux vestiaires, me reposer, m'étirer et je me suis senti bien mieux après." Des regrets, Fish pourra en avoir, lui aui a laissé filer six occasions de breaker. A chaque fois, ses offensives ont été parfaitement contrées par un "Nole" impressionnant. "Je n'ai gagné aucun des points importants, a déploré le Floridien. Je crois que personne n'a autant de confiance en ce moment sur cette surface que Novak." Seule consolation pour lui, sa demi-finale lui permet de devenir le numéro 1 américain, en accédant à la 11e place mondiale (Roddick 14e). Avec 5 aces, 71% de premières balles, le double vainqueur de l'Open d'Australie (2008, 2011) a accompagné sa victoire d'une belle feuille de statistiques.

Rafael Nadal a dominé Roger Federer en se montrant nettement supérieur au service (82% de points gagnés sur premiers services contre seulement 57% au Suisse et 76% de premiers services contre seulement 60% au Suisse). L'Espagnol a aussi forcé Federer à prendre des risques et donc à commettre des erreurs (31 fautes directes) avec sa capacité à renvoyer toutes les balles qui lui étaient proposées, quelqu'en soit la longueur, l'effet ou la vitesse. Federer a perdu son service dès le troisième jeu du match alors que Nadal se montrait impérial sur sa mise en jeu, ne concédant à Federer que deux points sur son service de toute la première manche. Le Suisse craquait de nouveau à 3-5, finissant le premier set avec déjà 13 fautes directes au compteur. Sa réaction intervenait dès le début du second set quand il se procurait sa seule balle de break du match. Nadal l'écartait toutefois d'un smash dévié par le filet et faisait le break dès le jeu suivant puis enchaînait par un jeu blanc. Federer était au bord du KO quand il parvenait à sauver une balle de break sous les encouragements d'un public scandant son prénom entre les points.Mais Nadal tenait la barre fermement, toujours grâce à son service, et, à 5-2, profitait de quatre erreurs de Federer pour empocher son billet pour la finale en lui prenant sa mise en jeu pour la quatrième fois du match. "J'ai su jouer de façon agressive, sans faire de fautes sur mon coup droit, a indiqué l'Espagnol. Mon service a bien fonctionné et lui a fait plus d'erreurs que d'habitude."

Réactions

Novak Djokovic (SRB/N.3): "J'étais content de voir arriver la pluie (à 2-2 dans la première manche). Je me suis senti mieux après. Avant, il y avait du vent et beaucoup d'humidité et je ne bougeais pas bien sur le court. J'ai eu de la chance de ne pas me retrouver avec déjà un break de retard. J'aurais aimé mieux jouer du fond du court, mais j'ai pu bien servir et obtenir des points gratuits de cette façon et à chaque balle de break que j'ai eue contre moi, j'ai été capable de vraiment bien servir. Pour gagner, il faut aussi avoir de la chance. Cela a été une autre histoire au deuxième set, j'étais mieux et plus en confiance. (Sur le fait de savoir s'il préfère rencontrer Nadal ou Federer en finale) Ma préférence ? Je ne peux pas répondre. Je préfère ne rencontrer aucun des deux ! Ce qui est sûr, c'est que, quel que soit mon adversaire, je ne me sentirai pas comme le favori. Non, je ne me sens pas invincible, je me sens en confiance et je pratique le meilleur tennis de ma vie."

Rafael Nadal (ESP/N.1): "Si Roger avait concrétisé sa balle de break dans le premier jeu de la deuxième manche, le scénario aurait pu être différent. J'ai eu de la chance avec le filet (sur cette balle de break). Mais dans l'ensemble, je crois que j'ai fait un très bon match, très solide et sérieux, spécialement dans le premier set. Dans le deuxième, il a commis plus d'erreurs que d'habitude et n'a pas bien joué. Mais ce n'était pas facile pour lui d'être mené d'un break au début des deux manches, d'autant que je jouais très bien du fond du court, sans faire d'erreurs avec mon coup droit et en étant agressif. J'ai joué long, cela ne lui a pas laissé le loisir de venir souvent dans le court. (A propos de son problème à l'épaule droite contre Tomas Berdych en quart de finale) Je sens quelque chose au niveau d'un nerf mais cela n'affecte pas mon jeu. J'ai de la chance que ça soit au bras droit."

Roger Federer (SUI/N.3): "J'ai été breaké rapidement et j'ai vite senti que les conditions ne m'étaient pas favorables. Je savais que la surface était lente et ça a rendu encore plus difficile le fait de jouer contre Rafa. Je savais que j'aurais moins de points gratuits au service par exemple, ce qui permet en général de se mettre dans une bonne dynamique au service. Et quand tu rates un service, après tu t'engages un échange difficile. Il y a aussi le fait que j'ai pris les mauvaises décisions sur les points importants alors que Rafa a bien joué quand il en a eu besoin. C'est décevant. C'était un jour sans pour moi, malheureusement. Je ne crois pas avoir mal servi mais Rafa a renvoyé beaucoup de balles. Je n'étais pas bon sur le plan offensif et ça m'a permis de me créer des occasions. Je voulais abréger les points, prendre la balle plus tôt, varier le jeu et plusieurs autres choses mais je n'ai pas été capable de mettre en place mon plan de jeu alors que Rafa a su le faire. Il mérite d'être en finale. C'est un joueur tellement unique de par sa façon de jouer."

A savoir : Depuis 30 ans, seulement deux joueurs ont fait mieux que Djokovic pour commencer une saison : l'Américain John McEnroe avec 39 victoires en 1984 et l'ex-Tchécoslovaque Ivan Lendl avec 25 victoires en 1986.

Demi-finales :

Novak Djokovic (SER/N.2) bat Mardy Fish (USA/N.15) 6-3, 6-1
Rafael Nadal (ESP/N.1) bat Roger Federer (SUI/N.3) 6-3, 6-2