Novak Djokovic, lors de la finale à Pékin, face à Rafael Nadal.
Novak Djokovic, lors de la finale à Pékin, face à Rafael Nadal. | AFP

Djokovic assomme Nadal en finale à Pékin

Publié le , modifié le

Troisième duel et troisième victoire de l'année pour Novak Djokovic aux dépens de Rafael Nadal, en finale du tournoi de Pékin. Le N.1 mondial, malgré une belle combativité de son adversaire qui s'est montré en jambes mais a fait appel au kiné au début du 2e set pour un problème au pied, s'est imposé 6-2, 6-2 en 1h30. Il remporte ainsi son 8e titre cette saison en douze finales. Et après 45 duels, il n'est plus mené par l'Espagnol que par 23 victoires à 22.

Comme en 2013, Novak Djokovic a remporté le tournoi de Pékin en battant Rafael Nadal en deux sets en finale. Depuis ce sacre, il n'a perdu qu'un seul de leurs 8 duels sur le circuit. Et en 2015, il ne lui a pas abandonné le moindre set, ni sur la terre battue de Monte-Carlo en demi-finales, ni sur celle de Roland-Garros en quarts, ni donc sur la surface en dur de Pékin aujourd'hui, sur laquelle il n'a jamais connu la défaite dans sa carrière (6e titre consécutif).

Pourtant, l'ancien N.1 mondial n'a pas démérité. Pris à froid et breaké d'entrée de jeu en ne marquant qu'un seul point sur son engagement, il a ensuite combattu avec ses armes. Par moments, il est redevenu le joueur qu'il était dans un passé récent: constant, solide du fond du court, capable de placer d'énormes accélérations. Il pourra notamment regretter les deux balles de break, obtenues alors qu'il était mené (3-2) dans la première manche, mais gâchées par un coup droit boisé puis par un revers chopé trop long. Ce n'est pas le genre d'occasions à rater face à un Novak Djokovic qui n'a pas cédé une manche cette semaine, et juste deux fois son service (contre David Ferrer en demi-finale).

Une claque malgré un bon contenu

En 41 minutes, celui-ci s'emparait de la première manche (6-2) avec une constance incroyable. Nettement au-dessus de son niveau de jeu de la semaine, le Majorquin ne parvenait pas à ralentir l'inexorable avancée de son adversaire. Au début du deuxième set, il faisait appel au kiné, pour un problème au pied. Mais de toute façon, la machine serbe était bien trop supérieure pour l'enrayer. Et même s'il a sauvé une balle de match sur une superbe attaque de coup droit, puis une deuxième sur une amortie dans le filet de son rival, il a été obligé de s'incliner, sur un ace adverse. Il n'avait jamais connu défaite aussi humiliante (4 jeux ou moins gagnés) depuis un revers contre Roger Federer dans la phase de groupes du Masters de Londres en 2011.   

Engagé dans une impressionnante série de 12 finales consécutives cette saison (il a perdu avant la finale qu'une seule fois en 2015, lors du 1er tournoi de l'année à Doha en quarts de finale), le Serbe remporte aujourd'hui son 8e titre de la saison. Une année exceptionnelle. Il compte bien poursuivre la semaine prochaine lors du Masters 1000 de Shanghaï. Avec déjà 13 295 points à son compteur, il n'est plus très loin de son meilleur total, réalisé en 2011 (13380 points). Et il y a encore deux Masters 1000 et le Masters de Londres à disputer... Le record de Roger Federer (16 010 points en 2006) est en danger avec 3500 points en jeu.