Zverev perd contre Garin

De plus en plus inquiétant, Alexander Zverev perd encore

Publié le , modifié le

Quasiment tout le temps à côté de la plaque, l’Allemand est tombé en quarts de finale du tournoi de Munich face à Cristian Garin, seulement 47e mondial mais spécialiste de terre battue. A la recherche de confiance à Munich, l’Allemand n’arrive toujours pas à retrouver le rythme qui lui avait permis d’atteindre la troisième place mondiale l’année dernière. Lundi prochain, il perdra sa place au profit de Roger Federer.

A plusieurs reprises, on a cru revoir le Zverev conquérant. Mais à chaque fois, comme s’il n’arrivait pas se mettre totalement dans son match, il retombait dans une sorte d’apathie. Par exemple à 3-2 service à suivre pour Cristian Garin dans le deuxième set, personne ne donnait cher de la peau de Zverev. Mais c’est là, dos au mur, qu’il a enchaîné ses grands coups de fond de court pour asphyxier le Chilien. Jusqu’à la rupture. Jeu blanc, débreak. La suite aurait pu devenir une formalité pour Zverev. Mais il n’en fut rien : Garin a de nouveau breaké l’Allemand à 4-4 grâce à quelques revers bien sentis, certes, mais surtout grâce à l’irrégularité de Zverev.  A 4-5, Zverev a sauvé une balle de match avant de breaker Garin sur un superbe passing. Au milieu d'un public munichois en transe, Zverev est revenu à hauteur, 5-5. Et a remporté le set dans le sillage, 7-5.

 

Mais le troisième set, conclu 7-5 par Garin, a confirmé les difficultés qu'avait Zverev à bien jouer quand il est devant au score. Dos au mur, il trouve les ressources mentales pour revenir comme dans ce deuxième set, et même haranguer le public. Devant, il perd ses moyens, se déconcentre, enchaîne les fautes, et s'énerve. Résultat, il finit par céder face à un spécialiste de terre battue certes, très solide, mais censé être une formalité pour le numéro 3 mondial. 

Alexander Zverev ne sera plus numéro 3 mondial lundi

Numéro 3 mondial, il ne le sera plus lundi, puisqu'il perd ses points de Munich (il était tenant du titre) et que Roger Federer le suivait de très près. La descente pourrait ne pas être terminée. Il mettra en jeu une grande partie de ses points ces deux prochaines semaines, puisqu'il est tenant du titre à Madrid et finaliste à Rome. Autant dire que, plus que jamais, il sera contraint d'assumer son statut de Top 5 mondial.